Le binge drinking affecte visiblement le cerveau

Cette façon de s’enivrer très rapidement altère la matière blanche de façon durable. lire la suite

Alcool : des dégâts sur le cerveau bien réels

Boire très vite une grande quantité d’alcool : le binge drinking, une pratique régulière chez certains adolescents qui les entraînent parfois jusqu’au coma éthylique. Que se passe-t-il dans leur cerveau quand ils boivent ainsi ? C’est ce qu’un chercheur a voulu comprendre en comparant le cerveau de deux groupes d’étudiants. (suite…)

Le binge drinking, un poison pour le cerveau

La consommation excessive d’alcool en peu de temps (le binge drinking) forme un cocktail toxique pour le cerveau, notamment chez les adolescents. (suite…)

Les effets néfastes du binge-drinking sur le cerveau

Le binge-drinking (biture express) prend de l’ampleur en France. Ce jeu consiste à s’enivrer en l’espace de quelques secondes. Cette pratique, importée des pays anglo-saxons, aurait des effets néfastes sur le cerveau. Selon les médecins, ce comportement dangereux freine le développement du cerveau. Pour les jeunes habitués de

l’alcoolisation rapide, les connexions entre les neurones sont plus difficiles. (suite…)

Les dégâts du binge drinking sur le cerveau des jeunes

En Europe, 28% de la population étudiante et 33% des 15-24 ans s’adonnent au binge drinking une fois par semaine (Source : Département de la communication de l’Union européenne). Or, ce jeu importé des pays anglo-saxons s’avère très néfaste pour le cerveau. (suite…)

Pourquoi le cerveau est conçu pour créer des hallucinations

Souvent associé aux troubles psychotiques, les hallucinations pourraient résulter d’un processus naturel utilisé par le cerveau pour appréhender le sens du monde.

Atlantico : A l’issue d’une étude menée au Département de psychiatrie de l’Université de Cambridge, il apparaît que le cerveau humain soit conçu pour créer des hallucinations et ce, en dehors de toute maladie mentale. Comment qualifiez-vous ces hallucinations ? A quoi servent-elles dans notre psychisme ? (suite…)

Quand le cannabis abîme le cerveau

Recherché par les consommateurs pour ses effets stimulants, le cannabis est aussi connu pour altérer la mémoire et perturber les réflexes. Autrement dit, la marijuana impacte directement le cerveau dès lors qu’elle est consommée régulièrement sous forme de joints. Ainsi, « dix ans après leur première prise, une réduction du volume cérébral est observée chez les gros fumeurs », viennent de découvrir des chercheurs américains.

Dans les premières années de consommation, certains jeunes fumeurs de cannabis présentent « une stimulation cérébrale au-delà de la moyenne », ont démontré les auteurs d’une étude récemment publiée dans les comptes rendus de l’Académie américaine des sciences (PNAS). Autrement dit, l’adolescent ou le jeune adulte adepte peut au départ être plus réactif que ces camarades abstinents et ne présenter en premier lieu aucun trouble de la mémoire ni d’apprentissage. (suite…)

Le travail en horaires décalés accélère le vieillissement du cerveau

Une étude du CNRS montre que les personnes qui ont travaillé en décalé pendant 10 ans ou plus subissent « un vieillissement cognitif de 6,5 ans ».

Travailler pendant une longue période en horaires décalés, notamment la nuit, accélère le vieillissement cognitif, selon une étude franco-britannique publiée mardi. Alors que le travail de nuit et le travail posté (horaires changeants) sont déjà suspectés de jouer un rôle dans divers problèmes de santé comme les ulcères, les maladies cardiovasculaires et certains cancers, des chercheurs ont entrepris d’étudier son impact sur les capacités cognitives. (suite…)

Un petit-déjeuner riche en protéines permet au cerveau de contrôler la faim

Prendre un petit-déjeuner riche en protéines permet de limiter les envies de sucrés et de gras au cours de la journée, selon les résultats d’une étude publiée dans la revue médicale Nutrition Journal.

Le petit déjeuner serait un repas essentiel pour réguler la faim, selon une nouvelle étude scientifique américaine. Le sauter réduit la quantité de dopamine, l’hormone produite par le cerveau qui sert à contrôler la faim, donc à limiter les grignotages. (suite…)

Ados : jouer aux jeux vidéo fait grossir leur cerveau

Des chercheurs de l’Institut Max Planck ont constaté que jouer aux jeux vidéo pendant au moins 30 minutes chaque jour booste certaines zones du cerveau. (suite…)

Comment notre cerveau résiste à la tentation

L’hippocampe, une région enfouie du cerveau associée à la mémoire, permettrait de favoriser des choix de long terme au détriment de plaisirs immédiats.

Pour Oscar Wilde, «le seul moyen de se délivrer d’une tentation, c’est d’y céder». L’aphorisme est savoureux mais il ne répond pas à cette question cruciale: quel mécanisme cérébral permet à l’homme de renoncer à un bien immédiat quand il sait qu’il peut en résulter un bénéfice ultérieur plus grand? Des chercheurs français du Centre de recherche en neurosciences de la Pitié-Salpêtrière, à Paris, (unité Inserm 975) viennent de montrer que l’hippocampe, une structure enfouie dans les profondeurs de notre cerveau, jouait de toute évidence un rôle-clé dans cette capacité. Leurs travaux ont été publiés dans la revue Plos Biology la semaine dernière. (suite…)

Grossesse : fumer réduit la taille du cerveau des bébés

Les bébés nés de mamans fumeuses ont des cerveaux plus petits. Ils sont aussi plus anxieux et déprimés que les autres enfants.

Une étude du Centre médical Erasmus de Rotterdam (Pays-Bas) réalisée sur plus de 200 enfants a révélé que les bébés dont les mères étaient des fumeuses régulières pendant leur grossesse ont des cerveaux plus petits et sont plus stressés et anxieux que les autres. Ils seront aussi plus sujets à la dépression et aux troubles de l’humeur. (suite…)

Ados : boire trop de caféine nuit au développement de leur cerveau

Alors que la consommation de caféine chez les jeunes adultes a augmenté de 70% au cours des 30 dernières années, les chercheurs suisses révèlent qu’« une surconsommation de caféine pendant l’enfance et l’adolescence nuit considérablement au développement du cerveau ».

La caféine contenue dans le café, les colas et boissons énergisantes pourrait ralentir l’évolution du cerveau des adolescents et des enfants. Boire trois tasses de café, trois canettes de boisson énergétique, ou une grande bouteille de cola par jour réduit considérablement la quantité de sommeil profond dont les jeunes adultes et les enfants ont besoin pour développer leur cerveau et grandir. En effet, à la puberté, les humains ont un besoin intensif de sommeil pour accompagner cette phase de développement pendant laquelle leur cerveau mûrit très rapidement. (suite…)

Le traumatisme perturbe les parties essentielles du cerveau

Les avancées en neurosciences permettent de mieux comprendre la nature et les séquelles du traumatisme psychique.

Il y a ces accidentés de la route qui gardent un ressenti léger, mais qui ne peuvent raconter ce qui s’est passé. Ces témoins d’agression qui, des années après, ressassent la scène violente, et ces anciens enfants maltraités qui n’ont aucun souvenir précis. «C’est comme une zone blanche, un trou dans la tête», affirment-ils. (suite…)

Du DSM-IV au DSM-5, une tempête dans un cerveau

Ce matin, vous vous êtes réveillés différents. Tous. Car ça y est. Le très redoutable DSM-5, la nouvelle mouture de la bible des psychiatres américains, est paru. Vos émotions ont changé, et vos enfants ne sont plus les mêmes. Vous êtes des malades mentaux. Tous. C’est le jour d’après. Prenez vos pilules et allez au boulot. (suite…)

Jeux vidéo : ils boostent le cerveau des seniors

Les personnes de plus de 50 ans jouant aux jeux vidéo auraient de meilleures capacités cognitives et retarderaient le déclin lié à la vieillesse selon une étude de l’Université de l’Iowa (Etats-Unis). (suite…)

Comment le désir sexuel se lit dans le cerveau

Une œillade furtive, une peau frôlée, et l’envie surgit Comment comprendre ce phénomène d’attirance sexuelle ? Petit à petit, le cerveau livre les mystères de ses milliards de connexions neuronales. (suite…)

Des électrodes dans le cerveau pour traiter l’anorexie sévère

Des neurologues ont testé pour la première fois les bénéfices de la stimulation cérébrale profonde sur des anorexiques. Quoique très invasif, le traitement montre des résultats intéressants.

Le cacao est peut-être le meilleur allié du cerveau

Le cacao pourrait faire partie des meilleurs stimulants du cerveau, selon Scientific American. Pour avancer cela, le magazine invoque une étude menée par des chercheurs italiens de l’université de L’Aquila et le fabricant de barres chocolatées Mars, qui a montré qu’un composé naturel présent dans les fèves de cacao, le flavanol, consommé en grandes quantités, provoquerait de meilleures performances cognitives. (suite…)

5 petites expériences pour comprendre votre cerveau

Dans son livre, 100 petites expériences de psychologie pour comprendre votre cerveau, Alain Lieury dévoile de nombreux secrets de notre intellect et de nos capacités cérébrales. Voici quelques morceaux choisis. (suite…)

Cerveau : pourquoi les bonnes résolutions ne tiennent pas

On a beau aligner les bonnes intentions en ce début d’année en matière d’exercice physique, elles ne seront pas toujours suivies d’effets. un manque de volonté qui a également des origines biologiques. (suite…)

Que se passe-t-il dans le cerveau d’un trader qui pète les plombs ? Un neurologue le sait et l’explique

Selon John Coates, ancien trader devenu neurologue, la prise de risque est entraînée par un mécanisme hormonal.

Une question taraude le monde entier depuis maintenant quelques années. Que se passe-t-il dans la tête d’un trader lorsqu’il se retrouve dans une salle de marchés ? John Coates, ancien trader à la Deutsche Bank et à Goldman Sachs devenu neurologue a voulu le découvrir et comprendre ce qu’il y avait derrière cet état second, similaire à ce que pourrait provoquer de la drogue. Cet ancien trader s’était en effet rendu compte que « quasiment toutes les flambées d’un milliard de dollars – celles qui secouent les fondations même d’une banque – provenaient de traders qui avaient eu une série de réussites ». (suite…)

Le tabac accélère le vieillissement du cerveau

Chez les personnes âgées, le tabac joue un rôle très négatif sur le fonctionnement du cerveau. Le risque est accru quand il est lié à des troubles cardiovasculaires. (suite…)

La cigarette endommage aussi le cerveau

On sait déjà que la cigarette provoque des cancers du poumon et augmente le risque de maladies cardiovasculaires.

Des chercheurs du King’s College de Londres ont publié une étude dans la revue spécialisée dans le vieillissement Age and Ageing qui établit cette fois un lien entre la cigarette et le cerveau. Fumer pourrait endommager la mémoire, la capacité d’apprentissage et le raisonnement.

Au départ, cette étude avait pour but d’«explorer la relation entre les risques cardiovasculaires et le déclin des fonctions cognitives sur des adultes âgés de 50 ans et plus».

8.800 personnes de plus de 50 ans ont été soumises à des tests sur une période de 8 ans tels qu’apprendre des nouveaux mots ou nommer le plus d’animaux possibles. (suite…)

Bon pour le cerveau, le coeur, et même la ligne : le chocolat, ce produit miracle

Plusieurs études montrent que le chocolat pourrait, entre autres choses, protéger le cœur et le cerveau, et même améliorer la vue. Mais il pourrait aussi favoriser les diabètes… Petit tour d’horizon. (suite…)

Que se passe-t-il dans notre cerveau quand nous sommes amoureux ?

Durant des millénaires, la pensée et les sentiments ont été considérés comme indépendants du fonctionnement du corps. Heureuse époque… Aujourd’hui, à l’instar de ses confrères neurobiologistes, le Pr Bernard Sablonnière*, qui étudie le fonctionnement des neurones à l’hôpital de Lille, affirme que les progrès de la science ont fini par briser ce fameux tabou du dualisme entre l’âme et le corps. L’imagerie médicale moderne y a contribué en mettant en évidence les zones cérébrales activées par la rencontre et le désir. (suite…)

Une étude souligne les effets néfastes du cannabis sur le cerveau des adolescents

Fumer du cannabis régulièrement à l’adolescence peut provoquer une baisse des capacités intellectuelles à l’âge adulte, montre une étude publiée lundi 27 août par une revue scientifique américaine. La recherche effectuée sur mille Néo-Zélandais de Dunedin, prenant en compte une période de vingt-cinq ans, a permis de comparer leur quotient intellectuel (QI) à 13 ans puis à 38 ans, les uns étant des consommateurs réguliers de cannabis, y compris après 20 ans ou 30 ans, les autres pas. (suite…)

Schizophrénie : le développement du cerveau perturbé chez certains patients

La visualisation d’anomalies cérébrales responsables de la schizophrénie laisse espérer de nouvelles possibilités thérapeutiques.

Il est désormais connu que la schizophrénie, qui touche environ 1 % de la population française, est une maladie complexe impliquant de nombreux facteurs génétiques et environnementaux (stress intense, prise de cannabis…). Et donc qu’il ne faut pas faire porter la responsabilité de cette affection sur le comportement des parents. Mais, dans ce domaine comme dans beaucoup d’autres en psychiatrie, rien ne vaut la preuve par l’image. D’où l’intérêt des travaux qu’Arnaud Cachia, de l’équipe de Marie-Odile Krebs et Thérèse Jay (Inserm U894 / Université Paris Descartes « Centre de psychiatrie et neurosciences » à l’hôpital Sainte-Anne), vient de publier dans Schizophrenia Bulletin. (suite…)

La maltraitance laisse des traces visibles dans le cerveau

Les enfants ayant souffert d’abus ou de violences présentent des altérations au niveau de la matière blanche ou de l’hippocampe.

Les psychiatres savent depuis des années que les enfants qui ont été maltraités ou peu entourés ont un risque plus élevé de souffrir à l’âge adulte de troubles mentaux – angoisse, dépression, addiction, suicide. Si le lien de cause à effet n’est pas surprenant, on peut se poser la question de sa modalité. Est-ce que ces abus peuvent causer des changements biologiques au niveau du cerveau engendrant ces problèmes? Plusieurs études récentes semblent aller dans ce sens. (suite…)

La cocaïne provoque une atrophie du cerveau

Les pertes neuronales causées par cette drogue particulièrement dure et sournoise semblent irréversibles.

Les consommateurs chroniques de cocaïne perdent deux fois plus rapidement leurs cellules nerveuses au cours du vieillissement que les personnes non exposées à cette drogue, révèle une étude publiée dans la revue Molecular Psychiatry . «Nous avons une nouvelle preuve physiologique que la cocaïne peut induire une véritable maladie du cerveau», commente Laurent Karila, psychiatre responsable du Centre d’enseignement et de recherche du traitement des addictions (Certa) du CHU Paul-Brousse à Villejuif (Val-de-Marne). (suite…)

12

associationcoeurdenfants |
GRUPO FOLCLORICO DA CASA DE... |
Postures |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | mjc de l'albenc
| TABLE RONDE FRANCAISE MONTL...
| Peña Le Boeuf Qui Rit