L’ANSM dresse un bilan des données d’utilisation du Baclofène chez les patients alcoolodépendants

Un an après la mise en place de la recommandation temporaire d’utilisation (RTU) du Baclofène chez les patients alcoolodépendants en échec des traitements disponibles, l’Agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé (ANSM) dresse un bilan des premières données collectées. Dans un communiqué, l’agence rappelle que son utilisation doit être conforme aux modalités de prescription et au protocole de suivi des patients, ainsi que l’importance « de transmettre les données de suivi des patients via le portail électronique afin d’optimiser le recueil des données d’efficacité et de sécurité en vie réelle« . Pour rappel, la RTU vise à encadrer son utilisation dans la prise en charge de l’alcoolodépendance. Disposant d’une autorisation de mise sur le marché (AMM) depuis près de quarante ans, le Baclofène est un myorelaxant d’action centrale (décontracturant) utilisé dans le traitement de la spasticité musculaire.

L’ANSM a analysé les données collectées via le portail électronique au cours des six premiers mois suivants la RTU, entre le 14 mars et le 16 septembre 2014. Sur cette période, 3 570 patients ont été enregistrés par 679 médecins, principalement des médecins généralistes (45%), des médecins addictologues (32%) et des psychiatres (13%). Les patients sont majoritairement des hommes (70%), âgés en moyenne de 48 ans. Sur l’ensemble, ils étaient 39% en initiation de traitement avec l’objectif pour 65% d’entre eux de réduire leur consommation d’alcool. Plus de la moitié des patients enregistrés ont effectué au moins une visite de suivi, tandis que 8% ont arrêté leur traitement.

S’agissant des résultats d’efficacité, ils portent sur les 2 032 patients ayant effectué au moins une visite de suivi. L’ANSM indique que « les données d’efficacité du Baclofène montrent une diminution moyenne de la consommation journalière d’alcool de 56 g/j chez les patients en initiation de traitement et de 15 g/j chez ceux déjà traités avant le début de la RTU« . Parmi les patients en initiation de traitement, 12% étaient abstinents au début de la prise en charge et 32% lors de la dernière visite renseignée dans le portail. Parmi les patients qui avaient déjà un traitement en cours par Baclofène, 46% d’entre eux étaient abstinents à la dernière visite indiquée. De même, le score indiquant le besoin irrépressible de consommer de l’alcool a évolué favorablement chez 74% des patients nouvellement traités par Baclofène et chez 45% des patients déjà traités. Lire la suite

 


Répondre

associationcoeurdenfants |
GRUPO FOLCLORICO DA CASA DE... |
Postures |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | mjc de l'albenc
| TABLE RONDE FRANCAISE MONTL...
| Peña Le Boeuf Qui Rit