Les dégâts du binge drinking sur le cerveau des jeunes

En Europe, 28% de la population étudiante et 33% des 15-24 ans s’adonnent au binge drinking une fois par semaine (Source : Département de la communication de l’Union européenne). Or, ce jeu importé des pays anglo-saxons s’avère très néfaste pour le cerveau.

L’étude* porte sur quarante étudiants de deux universités différentes, âgés de 18 à 25 ans. Parmi les participants, il y avait dix hommes et dix femmes qui ne pratiquaient pas le binge drinking, tandis que dix hommes et dix femmes étaient des « binge drinkers ».

Les étudiants se sont prêtés à des questionnaires, des IRM et des tests cognitifs, deux fois à un an d’intervalle.

Les chercheurs sont arrivés à la conclusion que les différences des dommages sur le cerveau s’observent en fonction du sexe.

Le binge drinking a de graves répercussions anatomiques chez les hommes. Leurs cerveaux présentent des perturbations au niveau de la connectivité neuronale dans la matière blanche. La matière blanche est composée de faisceaux de fibres qui connectent les différentes régions de matière grise et transmettent les communications entre les cellules nerveuses. Lorsque la matière blanche est atteinte, le câblage par lequel passe l’influx nerveux est moins performant.

Or à l’adolescence, il y a une diminution de la masse de matière grise afin d’éliminer les connexions neuronales inutiles tandis que la matière blanche s’intensifie pour accélérer la vitesse de connexion sur la myéline.

Résultat : les garçons qui s’adonnent au binge drinking ont une moins bonne mémoire, des difficultés d’apprentissage, de raisonnement, de compréhension, de lecture, etc.

Les hommes sont (…) Lire la suite sur Francetv info

 

associationcoeurdenfants |
GRUPO FOLCLORICO DA CASA DE... |
Postures |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | mjc de l'albenc
| TABLE RONDE FRANCAISE MONTL...
| Peña Le Boeuf Qui Rit