Cigarettes électroniques : elles produisent aussi des radicaux libres cancérigènes

On l’imagine inoffensive, et pourtant ! D’après une récente étude américaine, la vapeur d’eau produite par la cigarette électronique contiendrait des radicaux libres, très nocifs pour la santé.

La cigarette électronique, c’était « la » grande tendance de l’année 2015. Fumeurs, non-fumeurs, adolescents, personnes âgées… Tout le monde l’a adopté : les experts estiment d’ailleurs qu’un million de Français « vapotent » de manière régulière et qu’un Français sur 5 s’est déjà laissé tenter. 44 % de la population française estime d’ailleurs qu’elle est sans risque pour la santé.

Pourtant, selon une récente étude du Centers for Disease Control and Prevention (États-Unis), la cigarette électronique ne serait pas aussi inoffensive qu’elle en a l’air. En réalité, elle contiendrait des radicaux libres cancérigènes, comme le tabac traditionnel.

Pour en arriver à cette conclusion, les chercheurs (dont les travaux ont été publiés dans la revue scientifique Chemical Research in Toxicology) ont étudié la vapeur d’eau, que les « vapoteurs » expirent après avoir pris une bouffée de leur cigarette électronique. Verdict : cette vapeur contiendrait des radicaux libres, c’est-à-dire des molécules d’oxygène instables et incomplètes, qui viennent se fixer à certains éléments de nos cellules pour provoquer une oxydation.

L’équivalent d’une pollution atmosphérique

Résultat, le risque de cancer, d’arthrite, d’asthme, de cataracte, de troubles cardiovasculaires et articulaires augmente. Ces radicaux libres sont produits lorsque la nicotine est chauffée à très haute température.

« Bien sûr, les taux que nous avons relevés sont inférieurs à ceux que l’on peut observer en analysant la fumée de cigarette, précisent les auteurs de l’étude. Cependant, il est équivalent à celui que l’on peut mesurer dans l’air, lors d’une journée particulièrement polluée. »

« Il serait naïf de croire que la cigarette électronique n’a aucune conséquence sur la santé, ajoutent-ils. Aujourd’hui, nous avons identifié la nature de ces radicaux libres : demain, nous serons capables d’en estimer les effets. »

Retrouvez cet article sur Topsanté

 

associationcoeurdenfants |
GRUPO FOLCLORICO DA CASA DE... |
Postures |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | mjc de l'albenc
| TABLE RONDE FRANCAISE MONTL...
| Peña Le Boeuf Qui Rit