L’assemblée nationale supprime le délit d’incitation à la maigreur excessive

Entre 30.000 et 40.000 personnes, des adolescentes dans 90% des cas, souffrent d’ anorexie mentale, une des pathologies psychiatriques ayant la plus forte mortalité.

L’objectif était de sanctionner l’incitation à la maigreur excessive

A l’origine, cet amendement avait été déposé en avril 2015, par Olivier Véran (PS), député socialiste, soutenu par le gouvernement à cette époque. Leur but était de combattre les sites incitant à l’anorexie en les punissant d’un an de prison et de 10.000 euros d’amende.

Selon les parlementaires, la création d’un nouveau délit apparaissait alors comme nécessaire car les dispositions du Code pénal ne permettent pas de s’attaquer à l’action de certains sites Internet.

Aujourd’hui, les députés, y compris des élus Les Républicains, ont adopté un amendement de suppression porté par la présidente de la commission des Affaires sociales, Catherine Lemorton (PS). La ministre de la Santé, Marisol Touraine, s’y est montrée favorable, affichant notamment le souci de ne pas « repousser vers la clandestinité des jeunes ou moins jeunes » touchés par l’anorexie.

Pourquoi cette disposition a-t-elle été supprimée ?

Non seulement le déli d’incitation à la maigreur excessive a « suscité une forte réaction des professionnels et des associations de prévention et de lutte contre les troubles alimentaires« , mais « une récente étude scientifique a montré que les auteurs des sites web visés par cette disposition souffrent eux-mêmes de troubles du comportement alimentaire » et pourraient être encore plus fragilisés par une répression pénale, comme l’a (…) Lire la suite sur Francetv info

 

associationcoeurdenfants |
GRUPO FOLCLORICO DA CASA DE... |
Postures |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | mjc de l'albenc
| TABLE RONDE FRANCAISE MONTL...
| Peña Le Boeuf Qui Rit