Nicotine : bientôt un vaccin anti-tabac

Un vaccin anti-nicotine serait bientôt disponible, selon les résultats d’une étude publiée dans la revue Journal of Medicinal Chemistry. Testé sur des rats, il permettrait de bloquer l’addiction au tabac. Il serait aussi efficace pour traiter d’autres dépendances. lire la suite


Archive pour 15 janvier, 2015

Trop travailler peut pousser à boire

Travailler plus de 48 heures par semaine peut conduire à consommer trop d’alcool, selon une nouvelle étude scientifique internationale.

Le travail ce n’est pas forcément la santé ! Trop bosser pourrait nuire au bien-être des travailleurs. En effet, un trop plein de boulot pousserait à boire, selon les résultats d’une étude publiée dans la revue The British Medical Journal (BMJ). En effet, les personnes qui s’usent à l’ouvrage plus de 48h par semaine auraient tendance à boire plus que de raison. (suite…)

Alcool: Travailler trop peut conduire à boire trop

ÉTUDE – Décidément trop travailler ne serait vraiment pas bon pour la santé…

L’analyse d’une série d’études englobant plus de 400.000 personnes montre que les individus qui travaillent plus de 48 heures par semaine, soit au dessus du seuil d’une directive européenne sur le travail, ont une plus grande probabilité de s’engager dans une consommation à risque pour leur santé. Une trop grande consommation d’alcool, en l’occurence (lire encadré en pied d’article). (suite…)

Addictions: Des consultations gratuites pour les jeunes

PREVENTION – Pour prévenir les risques d’addictions chez les jeunes, le ministère de la Santé lance une campagne nationale… (suite…)

Ne pas rire tue : pourquoi la santé publique doit vraiment se préoccuper du sens de l’humour

Le drame qui s’est abattu sur Charlie Hebdo n’a pas eu pour effet de départir les membres survivants de la rédaction de leur sens de l’humour, bien au contraire ! C’est la nature humaine qui reprend ses droits, tout simplement. (suite…)

Suicide : réduire le risque en informant les jeunes

Pour réduire les tentatives de suicide chez les jeunes, il serait important de leur faire suivre un programme de prévention les impliquant, selon une nouvelle étude scientifique suédoise.

La prévention serait un moyen très efficace de limiter le suicide chez les jeunes, selon les résultats d’une étude publiée dans la revue scientifique The Lancet. Elle permettrait de réduire de 50% son taux pour cette catégorie de la population, si les jeunes sont impliqués au programme.

Les chercheurs de l’Institut Karolinska en Suède ont comparé trois programmes de prévention du suicide chez 11 000 élèves de 15 ans de dix pays de l’Union européenne.

Le premier programme travaillait sur la formation des enseignants. Le deuxième tentait de détecter les élèves les plus à risque avec des tests de dépistage. Et la troisième stratégie consistait à impliquer les jeunes dans la prévention.

Pendant 4 semaines, les élèves ont suivi une formation de 5 heures leur apprenant les signes associés au risque de suicide.

Si les deux premières formations ne semblent pas avoir porté leurs fruits, le programme impliquant les jeunes a permis de réduire les tentatives de suicide de 50% au bout d’un an.

« L’étude montre qu’il est possible de mettre en œuvre des programmes de prévention contre le suicide dans les écoles avec de bons résultats. Maintenant, nous pouvons passer à l’étape suivante : développer la méthode sur le Web ou comme application sur téléphone mobile pour atteindre le plus grand nombre possible de jeunes », explique Danuta Wasserman, directrice du Centre national de recherche sur le suicide et la prévention des problèmes de santé mentale (PNSA) à l’Institut Karolinska.

Plus de 11 000 personnes décèdent chaque année en France par suicide. Le suicide est la cause d’un décès sur cinquante. Près de 200 000 personnes sont prises en charge chaque année par les urgences hospitalières après une tentative de suicide, selon les chiffres 2014 de l’Observatoire nationale du suicide.

A lire aussi:

Le taux de suicide augmente en même temps que le chômage

Suicides : les effets pervers des mises en garde contre les antidépresseurs

Suicide : le soleil (…) Lire la suite sur Topsanté

Travailler plus et… boire plus

Selon des chercheurs finlandais, travailler à outrance nous conduirait sur la voie de l’alcoolisme. En effet, c’est en se penchant sur plusieurs travaux menés à l’échelle internationale (400 000 personnes au total) qu’ils ont tiré la conclusion suivante : enchaîner plus de 48 heures par semaine – soit au dessus du seuil de la directive européenne sur le temps de travail – augmenterait le risque de se lancer dans une consommation à risque.  (suite…)

associationcoeurdenfants |
GRUPO FOLCLORICO DA CASA DE... |
Postures |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | mjc de l'albenc
| TABLE RONDE FRANCAISE MONTL...
| Peña Le Boeuf Qui Rit