Psycho : le Mind mapping pour organiser son esprit

On a du mal à s’organiser et on finit par zapper des rendez-vous, malgré les post-it et les rappels affolés de son smartphone. Et si on cartographiait ses idées ? Le « mindmapping » met en scène de façon ludique les taches, idées et activités spatialement. A la clé, on booste ses capacités de mémorisation et de compréhension et on gagne confiance en soi.

A quoi ça sert ?

Un pense-bête ludique pour des taches rébarbatives. C’est un peu l’idée de la « Mind map », sorte de carte mentale qui aide le cerveau à organiser ses idées. Planifier sa semaine s’apparente parfois à un « Boot camp » cérébral tant on est noyé sous les impératifs (rendez-vous chez le médecin, faire les papiers administratifs, emmener les enfants à la danse).

Le schéma proposé par la carte mentale permet de simplifier et d’alléger le fardeau de l’organisation par une palette de dessins, de couleurs et de mots.

Sur une feuille, on représente un noyau central (une thématique) autour duquel vont graviter toutes les activités. Comme pour un arbre, celles-ci sont rattachées par une flèche appelées branches. Ces idées secondaires peuvent elles-mêmes renvoyer à d’autres sous-idées (des rameaux) reliées aux branches comme des grappes de raisins (suivant la quantité des choses à penser).

Cet outil de disposition visuelle a fait ses preuves. Le Mind mapping améliore les capacités de compréhension des informations, de mémoire, de synthèse, d’organisation, de prise de décision et de productivité (pour les bourreaux de travail). Autant de qualités qui stimulent la confiance en soi. Alors on s’y met !

En pratique

-Sur une feuille blanche, placez le sujet ou thème central de la carte (par exemple organisation de la semaine), placé dans une image centrale ou une forme vaporeuse, par exemple un nuage.

-Commencez l’arborescence en dessinant les premières branches autour du thème central de la carte. Chaque branche exprime une idée.

-Pour chaque branche, s’il y a lieu, créez des rameaux qui font référence aux idées secondaires.
-Ecrivez des mots sur les branches (pas au bout ni au-dessous). Les mots doivent être simples, clairs et lisibles. Ils renvoient à des idées clés.

-Ajoutez des images, des petits dessins, peu importe que vous sachiez dessiner ou pas. On ne vous demande pas de faire une œuvre d’art. L’image (…) Lire la suite sur Topsanté

 

associationcoeurdenfants |
GRUPO FOLCLORICO DA CASA DE... |
Postures |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | mjc de l'albenc
| TABLE RONDE FRANCAISE MONTL...
| Peña Le Boeuf Qui Rit