Infographie : la moitié des décès par cancer sont évitables

Une bonne hygiène de vie, c’est-à-dire une alimentation équilibrée et une activité physique régulière, pourrait réduire de moitié le risque de développer un cancer mortel. Telle est la conclusion du rapport annuel de l’Association américaine de recherche sur le cancer (AACR).

Chaque année, l’AACR (American Association for Cancer Research) publie un bilan des progrès de la recherche sur le cancer aux Etats-Unis. L’occasion de revenir sur les principales innovations médicales en matière de soin mais aussi sur l’aspect préventif de la maladie. lire la suite


Archive pour septembre, 2014

Cancer : un patient sur 2 diagnostiqué trop tard

L’Institut pour la recherche sur le cancer de Grande-Bretagne lance une alerte : la moitié des personnes atteintes de cancer sont diagnostiquées trop tard, ce qui réduit leurs chances de guérison.

« Près de la moitié des personnes qui ont un cancer (plus précisément 46% d’entre elles) sont diagnostiquées tardivement, ce qui offre au traitement moins de chances de réussir et ce qui réduit les chances de survie des malades » vient de déclarer dans un rapport l’Institut pour la recherche sur le cancer de Grande-Bretagne. (suite…)

Crise cardiaque : quelques habitudes de vie simples permettraient de l’éviter

D’après une nouvelle étude, 80% des hommes pourraient éviter une crise cardiaque en adoptant simplement quatre grandes habitudes de vie.

Quatre hommes sur cinq pourraient s’éviter une crise cardiaque s’ils arrêtaient de fumer, diminuaient leur consommation d’alcool, adoptaient un régime alimentaire équilibré et faisaient de l’exercice, révèle une nouvelle étude scientifique publiée dans le Journal de l’American College of Cardiology. (suite…)

Burn-out : les douze signes qui doivent vous alerter

A l’occasion de la journée mondiale de la sécurité et de la santé au travail, lundi 28 avril, francetv info détaille les symptômes de ce syndrome bien spécifique, lié à l’activité professionnelle. (suite…)

Burn-out : « Les mutations au travail n’ont pas été encadrées au niveau politique »

Jean-Claude Delgènes, président du cabinet Technologia, milite pour que le burn-out soit reconnu comme une maladie professionnelle. Entretien.

Le burn-out inquiète au sommet de l’Etat. Depuis la fin mars, une mission du ministère du Travail planche sur ce syndrome pour « clarifier » ce qu’il recouvre et mieux le prévenir. Ce groupe d’experts n’a pas pour mission, en revanche, de « traiter des questions de reconnaissance et de réparation ». En clair, le gouvernement n’entend pas reconnaître le burn-out comme une maladie professionnelle. (suite…)

INFOGRAPHIE. Quel est le profil des personnes exposées au burn-out ?

A l’occasion de la Journée mondiale de la sécurité et de la santé au travail, francetv info dresse le portrait-robot de l’actif « à risques ».

INFOGRAPHIE. Quel est le profil des personnes exposées au burn-out ? dans Actualites francetv.info Par Catherine Fournier, Pascale BoudevilleMis à jour le 29/04/2014 | 10:41 , publié le 28/04/2014 | 10:33

Elles se consument de l’intérieur, brûlent à petit feu sur l’autel de la performance. Qui sont les victimes du burn-out ? Combien sont-elles ? Où travaillent-elles ? Le phénomène, que l’on dit croissant dans le monde professionnel, est impossible à mesurer. Faute de consensus scientifique sur ce syndrome, aucune étude statistique n’a jamais pu être menée. Le burn-out est absent des classifications des troubles mentaux qui font référence : le manuel DSM-IV, de l’Association américaine de psychiatrie, et le classement CIM-10, de l’Organisation mondiale de la santé.

Pour défier cette « absurdité », le cabinet Technologia, spécialisé dans la santé et la sécurité au travail, qui est notamment intervenu chez France Télécom après la vague de suicides de 2008-2009, a réalisé sa propre enquête. Il s’agit d’un sondage effectué auprès de 1 000 actifs, dont les résultats ont été publiés en janvier dernier. Si l’échantillon est restreint, il n’en est pas moins représentatif et riche d’enseignements. Parfois surprenants. Contrairement aux idées reçues, la victime type du burn-out n’est pas nécessairement un jeune cadre urbain dynamique et hyperstressé. Il s’agirait plutôt d’une femme, quinquagénaire, mère de famille et… agricultrice. A l’occasion de la Journée mondiale de la sécurité et de la santé au travail, lundi 28 avril, francetv info vous dresse le portrait-robot de l’employé « à risques ».

burn-out_infographie03-01.min burn-out dans Revues de Presses

« Une maladie du frottement »…

Si ces chiffres doivent être considérés avec précaution, ils reflètent une certaine réalité. Les agriculteurs, premières victimes du burn-out ? « Ils ne sortent jamais de leur travail, sont isolés à cause de l’exode rural et connaissent d’importantes difficultés financières », répond Jean-Claude Delgènes, président de Technologia. Les femmes, plus sujettes que les hommes ? « Aujourd’hui encore, elles ont une double journée sur le dos », constate Marie Pezé, psychologue spécialisée dans la souffrance au travail. Les quinquagénaires, plus exposés que les trentenaires ? « Ils ne sont plus tirés par des perspectives de promotion mais n’en sont pas moins confrontés à une lourde charge de travail », reprend Jean-Claude Delgènes.

« L’âge de mes patients tourne plutôt autour de 35-40 ans », nuance François Baumann, médecin et auteur de Burn-out, quand le travail rend malade (éd. Josette Lyon). « Ils sont en pleine activité professionnelle et évoluent dans un univers où règne un individualisme forcené. » Tout le contraire des premières victimes du burn-out identifiées dans les années 1970 aux Etats-Unis : il s’agissait de soignants ou de personnes investies dans le social et l’humanitaire. « Le burn-out est une maladie du frottement. On s’use au contact des autres et de leurs demandes de plus en plus soutenues », analyse François Baumann.

Peu à peu, le phénomène s’est étendu à d’autres catégories professionnelles, bouleversées par les mutations économiques et technologiques du monde du travail.

… qui touche des actifs perfectionnistes

Autre constante relevée par les spécialistes : le profil psychologique des personnes frappées par ce syndrome. « Les actifs qui tombent d’épuisement professionnel sont souvent les meilleurs éléments, les piliers d’une société », note Jean-Claude Delgènes. Il s’agit d’individus « motivés, consciencieux, enthousiastes, créatifs, ambitieux », énumère Agnès Martineau-Arbes, médecin du travail et consultante pour Technologia, dans L’Express. Le revers de la médaille ? « Une haute idée de leurs capacités… limitées par une impuissance à reconnaître leurs propres besoins » et une incapacité à déléguer, poursuit-elle.

Confrontés à une organisation et à un management qui va les pousser au-delà de leurs limites, ces individus perfectionnistes, soucieux de leur image et désireux d’être admirés, vont mettre toute leur énergie au service de leur travail, quitte à ne plus compter les heures et oublier d’avoir une vie privée.

Une responsabilité partagée ?

Malgré tout, « ces personnes n’ont souvent aucun antécédent psychiatrique », tient à rappeler François Baumann. Le burn-out résulte d’une interaction entre l’actif et son milieu professionnel. Mais pour le médecin, « la société reste responsable ». Comprenez : l’entreprise, et la société dans son ensemble. Car comme le remarque la psychologue Catherine Vasey dans le magazine Psychologies, le salarié a beau parfois se débattre pour éviter de sombrer dans le burn-out, « certaines conditions de travail sont impossibles à faire évoluer ». La seule solution réside alors dans un arrêt ou un changement de travail.

« Les mutations du travail doivent être encadrées », abonde Jean-Claude Delgènes. Et si elles rendent malade un individu, « celui-ci doit être dédommagé », insiste-t-il, plaidant pour une reconnaissance du burn-out comme une maladie professionnelle. Reste que le gouvernement, qui a lancé une mission ministérielle sur le sujet fin mars, ne semble pas disposé à aller dans ce sens.

Les drogues hallucinogènes pourraient-elle améliorer votre santé mentale ?

Il est connu que dans certains pays, le cannabis peut être délivré à des patients sur prescription médicale afin de diminuer leurs nausées. Jusque-là, rien de bien choquant (le cannabis est en effet considéré comme une drogue « douce » et il est utilisé pour soulager des symptômes physiques).

Il devient par contre plus difficile d’envisager que des drogues hallucinogènes bien plus puissantes, comme le LSD, puissent être prescrites pour traiter des troubles mentaux comme la schizophrénie, la dépression ou l’alcoolisme. C’est pourtant une pratique qui a existé dans les années 50, notamment au Canada. L’information est relayée par le quotidien The Guardian : (suite…)

S’affaler sur son canapé nuirait gravement à la libido

Selon une étude publiée par le journal scientifique américain Health Psychology« , les personnes qui se tiennent droit dans un canapé font, à contrario, preuve d’une plus grande estime de soi, d’une meilleure libido et humeur. (suite…)

Le paquet de cigarettes « neutre » bientôt en France

Ni logo, ni signe distinctif. Le gouvernement a décidé d’instaurer le paquet de cigarettes « neutre », révèlent Les Echos mercredi 24 septembre. Si les images choquantes et des messages du type « fumer tue » demeureront, il sera interdit d’apposer un logo ou autre signe distinctif pour différencier une marque d’une autre. (suite…)

Paris : Prison: Les études supérieures à portée des détenus de Fleury-Mérogis

REPORTAGE – Ce vendredi, la vice-présidente de la région chargée de l’Enseignement supérieur a remis leurs diplômes à sept détenus dans le centre scolaire de Fleury-Mérogis…

«Une chance pour l’avenir». Voilà ce que représente pour Michel* ce diplôme. Ce vendredi après-midi, ce détenu de la prison de Fleury-Mérogis a obtenu une équivalence de bac +2 en gestion des entreprises avec la mention Très bien. (suite…)

Les députés ougandais se plaignent de préservatifs trop petits pour lutter contre le sida

Un problème de taille. Les préservatifs disponibles en Ouganda sont trop petits pour les « organes » de nombreux Ougandais, ont averti des députés de retour d’une tournée dans le pays, redoutant que ce problème ne favorise la propagation du sida.

Lors de cette tournée, dans des zones particulièrement touchées par l’épidémie, la commission parlementaire sur le VIH-sida a reçu de nombreuses plaintes d’Ougandais concernant la taille unique des préservatifs, apparemment pas adaptée à leur morphologie, ont indiqué plusieurs de ces membres à la télévision NTV-Uganda. (suite…)

Limousin : une cigarette électronique explose dans la poche d’une femme

Utiliser une cigarette électronique peut nuire à la santé. Une femme de 64 ans a été brûlée au 2e et 3e degré par l’explosion de la batterie de sa e-cigarette qui se trouvait dans la poche de son pantalon, le 6 septembre, rapporte l’AFP vendredi 19 septembre. (suite…)

Les édulcorants aggraveraient le risque de diabète et d’obésité

Les édulcorants artificiels perturbent la composition et la fonction de la flore intestinale, selon une expérience menée sur des souris et sept volontaires. Leur absorbtion tend à entrainer une intolérance au glucose fréquente dans les états pré-diabétiques.

On s »en doutait déjà. Une nouvelle étude le confirme. Les édulcorants artificiels, largement prônés ces dernières années comme des outils de prévention, pourraient en réalité entraîner des changements métaboliques et contribuer à aggraver les risques de diabète et d’obésité, selon une étude de l’Institut Weizmann en Israël, publiée dans Nature cette semaine. (suite…)

Brûlée au 3e degré par l’explosion de sa cigarette électronique

Une femme dit avoir été brûlée au 2e et au 3e degré avec une cigarette électronique dont la batterie a explosé dans la poche de son pantalon.

Une femme de 64 ans a été brûlée au 2e et 3e degré par l’explosion de la batterie de sa vapoteuse dans la poche de son pantalon, le 6 septembre dernier à Limoges. (suite…)

Quel est le plus douloureux : un accouchement ou un coup dans les testicules ?

Difficile de comparer des douleurs que tout le monde ne peut pas expérimenter. A la base de ces différences, le caractère subjectif de la douleur et de sa perception.

Certains débattent sur la dette publique ou sur l’Euro, mais d’autres préfèrent se pencher sur des questions beaucoup plus récurrentes et qui ont tendance à fâcher. Exemple : qu’est ce qui est le plus douloureux entre un accouchement et un violent coup dans les testicules ? Forcément, les femmes auront tendance à répondre le premier quand les hommes répondront le second. (suite…)

L’amour et ses kilos : pourquoi notre poids est lié à l’affection que l’on reçoit

Nous aimons comme nous mangeons, et nos kilos superflus sont souvent en lien avec nos difficultés à aimer et à être aimé. Extrait de « L’Amour et les kilos », du Dr Stéphane Clerget et Bernadette Costa-Prades, publié chez Albin Michel (2/2).

Dès notre naissance, la faim est là, douloureuse, qui fait pleurer et même hurler le bébé s’il n’est pas nourri assez vite. Heureusement, les adultes, sensibles à ses cris de détresse, viennent soulager cette tension sans trop attendre. (suite…)

Pourquoi le faux sucre ne fait pas maigrir

Des chercheurs israéliens ont démontré que les édulcorants favorisaient l’intolérance au glucose en altérant la flore intestinale.

Pour ne pas grossir ou prévenir le diabète, vous prenez des édulcorants – du « faux sucre »-. Eh bien, vous avez tout faux ! Selon l’étude menée par deux chercheurs de l’Institut Weizman de Rehovot et que vient de publier la revue Nature, ce serait le contraire qui se produirait : les édulcorants artificiels accéléreraient le développement de l’intolérance au glucose et de maladies du métabolisme. Ironie suprême, leur utilisation généralisée dans les boissons et la nourriture, les « lights » en tous genres, pourrait contribuer à l’épidémie d’obésité et de diabète qui sévit aujourd’hui dans de nombreux pays. (suite…)

Comment lutter contre le stress quotidien ?

Hypertension, augmentation du rythme cardiaque, de la pression sanguine, du rythme respiratoire… Au quotidien, le stress est une vraie plaie pour notre coeur. A titre d’exemple, il existe un risque accru d’accident vasculaire deux heures après un excès de colère. Des gestes simples peuvent vous aider à vous sentir plus serein. Suivez ainsi les conseils de la Fédération française de Cardiologie. (suite…)

Hépatite C : un nouveau générique pourrait révolutionner le traitement dans les pays pauvres

L’entreprise américaine Gilead a passé, lundi 15 septembre, un accord pour transférer sa technologie d’un traitement efficace, mais hors de prix, à plusieurs sociétés pharmaceutiques fabriquant des génériques. Le fabricant de médicaments génériques Mylan a ainsi annoncé dans un communiqué avoir obtenu de Gilead les droits non-exclusifs de fabrication et de distribution du principe actif de ce traitement, le Sofosbuvir.

Les modalités financières de l’accord n’ont pas été rendues publiques. Gilead a simplement précisé que ses franchisés seraient libres de fixer leurs prix et lui verseraient des royalties d’un montant non précisé. Francetv info vous en dit plus sur cette petite révolution médicale. (suite…)

Binge drinking et grossesse : la scolarité des enfants en péril

Hyperactivité, inattention, mauvais résultats scolaires… l’alcoolisation foetale est connue pour affecter le cerveau des enfants à naître. Une nouvelle étude conforte ce constat. Et ce, même si la femme enceinte ne connaît qu’un seul épisode d’alcoolisation importante – autrement appelé binge drinking – au cours de sa grossesse. (suite…)

Papillomavirus : et si on vaccinait à l’école ?

Selon le Haut Conseil de la santé publique, la vaccination contre les HPV devrait être proposée en milieu scolaire, et ce, dès l’âge de neuf ans.

La vaccination contre les papillomavirus (HPV), responsables de la plupart des cancers du col de l’utérus, devrait être proposée en milieu scolaire et éventuellement dès l’âge de 9 ans, a estimé une haute instance sanitaire française. Invité par la Direction générale de la santé (DGS) à donner son avis sur ce vaccin qui continue à susciter des polémiques, le Haut Conseil de la santé publique (HCSP) s’est montré très rassurant tant sur la question de sa sécurité que sur son efficacité. « Les données internationales démontrent en situation réelle une efficacité vaccinale sur la prévalence des infections à papillomavirus, l’incidence des condylomes et des lésions pré-cancéreuses (grade B) », note le HCSP dans son avis. (suite…)

Sida : une campagne de dépistage pour la rentrée

L’association de lutte contre le sida, AIDES, organise du 15 septembre au 11 octobre partout en Ile-de-France un mois du dépistage de la maladie. Le message de leur campagne est clair « Si tu ne viens pas au dépistage, le dépistage viendra à toi ! »

Du 15 septembre au 11 octobre, les militants de AIDES vont investir les gares, les lieux de rencontre, les foyers et les commerces pour proposer des Test Rapide d’Orientation Diagnostique (TROD) à la population la plus touchée par la maladie et souvent la moins bien dépistée.

Une simple goutte de sang pour vous dépister (suite…)

Les sodas à volonté dans les fast-foods : une aberration dangereuse

L’enseigne de fast-food Quick propose désormais des sodas en libre-service. Une incitation au sucré plutôt malvenue en pleine lutte contre l’obésité.

« DrinkQ Spot », c’est le nom du stand de boissons en libre-service que la célèbre enseigne Quick va mettre en place dans l’ensemble de ses fast-foods.

Désormais, le plateau-repas des clients Quick sera donc pourvu d’un gobelet en carton vide, qu’il pourra lui-même aller remplir de soda, de limonade ou d’eau au distributeur, et ce à volonté, pour un prix très raisonnable. (suite…)

«Ma soeur n’a plus de vie sexuelle, elle écrit des fanfictions»

Voici notre nouveau courrier du coeur –et du corps.

Sur le modèle de notre grand frère américain Slate.com, qui propose chaque semaine dans sa chronique «Dear Prudence» des conseils aux lecteurs sur le sexe, les relations, la vie en général, nous avons décidé de lancer «C’est compliqué», une sorte de courrier du coeur moderne dans lequel vous raconterez vos histoires -dans toute leur complexité- et où une chroniqueuse vous répondra.  (suite…)

Désolé, non, aucune étude sérieuse n ’a jamais prouvé que boire du vin nous maintenait en meilleure santé

L’idée selon laquelle le vin serait bon pour le cœur est répandue mais les études à ce sujet son rares. La dernière ne lèvera pas le doute sur le sujet.

Atlantico : Plusieurs études épidémiologiques ont apporté des preuves de corrélation entre la consommation modérée de vin et la santé. Récemment un essai clinique intitulé in Vino Veritas a testé les effets couplés de la consommation du vin avec modération et de l’exercice. Cette étude permet-elle de se faire un avis définitif sur la question ? Est-on en mesure aujourd’hui d’affirmer un impact positif du vin sur la santé? (suite…)

Gérard Depardieu : « Je peux boire 12, 13, 14 bouteilles par jour »

L’amour de Gérard Depardieu n’est un mystère pour personne. Mais dans quelles quantités ?Dans le magazine SO FILM, le mastodonte du cinéma lève le voile sur sa véritable consommation d’alcool. Après avoir expliqué son alcoolisme de manière très simple « Quand je m’ennuie, je bois », celui qui joue Dominique Strauss-Kahn dans Welcome to New York révèle : « Mais si jamais je commence à boire, je ne bois pas comme une personne normale. (suite…)

Gérard Depardieu peut boire jusqu’à 14 bouteilles d’alcool par jour

Notre Gégé national est un bon vivant. Dans une interview accordée au magazine So Film, l’acteur a abordé le sujet de l’alcool et il a fait des révélations pour le moins surprenantes, a commencer par « Quand je m’ennuie, je bois« . Cependant, comme on le sait tous, il faut boire avoir modération car l’alcool peut nuire à la santé, et ça, Gérard Depardieu semble en avoir conscience, tout en s’en fichant un peu. Ses moments sans alcool ? (suite…)

Notre vagin est une fabrique d’antibiotique

L’industrie pharmaceutique a peut-être un nouveau concurrent…

Notre vagin peut nous soigner. Oui. Une étude repérée par Jezebel et publiée dans la revue Cell montre que le vagin contient une multitude de bactéries qui produisent des molécules dont on pourrait se servir pour fabriquer des produits pharmaceutiques utiles.

Le biologiste Michael Fischbach, qui fait partie de l’équipe qui a mené l’étude, interviewé par The Huffington Post, est enthousiaste: (suite…)

Suicide : le soleil aurait un effet dissuasif

Le soleil réduit le nombre de suicides, selon une nouvelle étude scientifique autrichienne.

Le nombre de suicides augmente quand le soleil est absent. La lumière naturelle semble aider les populations sensibles à vaincre leur mal- être et à résister à l’appel du vide, selon les résultats d’une étude publiée dans la revue médicale Jama Psychiatry. (suite…)

Le binge drinking pendant la grossesse rend bébé hyperactif

Une seule consommation excessive d’alcool suffit à affecter la santé mentale du bébé selon une nouvelle étude.

Le binge drinking, cette pratique en vogue chez les ados qui consiste à ingurgiter une grande quantité d’alcool sur une courte durée, est vivement déconseillé chez les femmes enceintes. Même un excès d’alcool à une seule occasion peut déteindre sur les facultés intellectuelles du futur enfant.

Cette mise en garde émane d’un collectif de chercheurs australo-britanniques originaires de Nottingham, Bristol, Leicester, Oxford, Sheffield et de Queensland en Australie. Ils ont analysé les données d’une étude de l’université de Bristol en Grande-Bretagne portant sur 4 000 participants et réalisée dans les années 90. Les conclusions sonnent comme un avertissement pour les femmes enceintes ou qui souhaitent avoir un bébé : boire un peu trop d’alcool en une seule fois, même si on n’en avale pas une goutte le reste de sa grossesse suffit à nuire au développement du futur enfant. (suite…)

123

associationcoeurdenfants |
GRUPO FOLCLORICO DA CASA DE... |
Postures |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | mjc de l'albenc
| TABLE RONDE FRANCAISE MONTL...
| Peña Le Boeuf Qui Rit