Drogues dures au coeur de Paris

L’an dernier, la police a saisi plus de 200 kilos de cocaïne sur Paris et sa banlieue. Valeur estimée : 14 millions d’euros. Des jeunes des beaux quartiers qui sniffent dans les bars branchés aux fumeurs de crack dans les squats, nous avons partagé le quotidien infernal des consommateurs de drogue, mais aussi de leurs dealers. Aujourd’hui, dans la capitale, certains livrent la cocaïne à domicile, comme des pizzas.

Au cours d’une immersion de plusieurs mois, nous avons pu pénétrer les « laboratoires » où les trafiquants fabriquent le crack. Dans des appartements parisiens, de simples cuisines qu’ils sous-louent à la journée pour ne pas se faire repérer. Il suffit de quelques grammes de cocaïne coupée de produits ménagers pour confectionner une « galette » de crack, la drogue du pauvre est très rentable pour ceux qui la produisent.

Le réseau fonctionne comme une entreprise. Les marges se calculent au gramme près mais les doses sont toujours suffisantes pour que les clients restent accros. Un consommateur de crack régulier dépense plus de 300 euros par jour pour ses doses… Un abonnement à l’enfer. Lire la suite news.fr.msn.com

 

associationcoeurdenfants |
GRUPO FOLCLORICO DA CASA DE... |
Postures |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | mjc de l'albenc
| TABLE RONDE FRANCAISE MONTL...
| Peña Le Boeuf Qui Rit