Pourquoi les régions productrices de vins sont celles où l’on dénombre le moins d’alcooliques

Le thème de l’impôt, de la taxe, du prix qui ferait reculer la consommation, chère aux gens de l’ANPAA malgré son inefficacité, comme celui de l’interdit au coeur de la loi Evin, n’est donc pas nouveau mais il a trouvé son appui scientifique, sa justification théorique – aujourd’hui encore au coeur de l’argumentaire – avec le démographe Sully Ledermann. En 1956, cet ancien élève d’Alfred Sauvy publie une étude dans laquelle il se propose de mesurer l’état d’intoxication alcoolique d’une population grâce à une loi mathématique, celle de Laplace-Gauss. Partant du principe (par lui établi) que le nombre d’alcooliques est lié à la consommation moyenne d’une population, il en déduit que : « La proportion des buveurs excessifs paraît croître selon le carré de la consommation moyenne, par tête, de la population à laquelle ils appartiennent. »
Conclusion que nous pourrions en tirer : c’est dans le Médoc, en Champagne vineuse, dans la Côte d’Or, à Tain-l’Hermitage où règne Michel Chapoutier, grand déboucheur de flacons pour les gens qu’il aime, dans tous ces endroits où le vin fait partie du quotidien que l’on devrait trouver le plus grand nombre d’ivrognes et de malheureux addicts à l’alcool… On sait bien qu’il n’en est rien, que les régions productrices de vins sont celle où l’on dénombre le moins d’alcooliques… Parce que justement, là où on sait déguster, boire le vin, l’apprécier, on transmet. Il ne joue pas en ces lieux le rôle de béquille sociale mais d’embellisseur de vie. On en jouit, on ne le subit pas. Sully Ledermann, avant d’appliquer sa loi mathématique aux buveurs, aurait sans doute gagné à relire cet avertissement en forme de boutade (douteuse) prononcée par son propre maître Alfred Sauvy : « Une femme est fidèle à son mari. Une autre est infidèle au sien deux fois par semaine. En moyenne, ces deux femmes trompent leur mari une fois par semaine. » Dit comme cela, au comptoir du café du Commerce, une loi mathématique qui déterminerait le mal de vivre, car c’est bien de cela qu’il s’agit, c’est amusant et presque crédible. Qu’il y a-t-il de plus déshumanisé mais de moins contestable qu’une loi mathématique ? Cela confère un vernis scientifique au discours sur la nécessaire abstinence. Quand on y regarde de plus près la loi de Ledermann semble un peu moins drôle. J’y vois personnellement une approche totalitaire de la société. L’individu dans sa souffrance ou sa joie, tout ce qui constitue son identité, n’existe plus, il se dissout dans la masse, la catégorie, il ne correspond plus qu’à des critères définis par d’autres. L’homme n’avance plus qu’en fonction de cette appartenance à une équation.
Read more at http://www.atlantico.fr/decryptage/pourquoi-regions-productrices-vins-sont-celles-ou-on-denombre-moins-alcooliques-805109.html#PkJdtuohkQFYTym5.99
 


Répondre

associationcoeurdenfants |
GRUPO FOLCLORICO DA CASA DE... |
Postures |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | mjc de l'albenc
| TABLE RONDE FRANCAISE MONTL...
| Peña Le Boeuf Qui Rit