Que penser du lien établi par Michael Douglas entre sexe oral et cancer de la gorge : l’avis du spécialiste français du papillomavirus

Atlantico : Michael Douglas affirme que c’est le papillomavirus qui est à l’origine de son cancer de la gorge (via une pratique du cunnilingus). Que faut-il penser de cette déclaration ? Oublie-t-il de prendre en compte d’autres facteurs ?

Joseph Monsonego : Les cancers de la cavité buccale, d’une manière générale, sont essentiellement issus de deux facteurs de risque : le tabac et l’alcool. C’est un cancer qui touche majoritairement les hommes (deux tiers des cas).

Depuis quelques années émerge une nouvelle entité de cancers de la cavité buccale, et notamment un type de cancer : celui de l’oropharynx, de la région amygdalienne. Ces cancers de l’oropharynx sont liés au papillomavirus (HPV). C’est-à-dire que c’est une nouvelle entité de cancer oropharyngé dans laquelle on retrouve le papillomavirus présent. Il s’agit essentiellement du papillomavirus de type 16, car pour tous les cancers oropharyngés HPV positifs, nous avons 90% d’HPV16. La fréquence de l’HPV dans le total des cancers de l’oropharynx varie selon les continents et les études. On a en moyenne une variation qui va de 30 à 60% de présence d’HPV dans les cancers oropharyngés.

Il y a donc un lien qui est en train d’être établi –à la fois sur le plan de l’épidémiologie, sur le plan de la carcinogénèse- entre cancer du larynx et HPV, et notamment l’HPV 16. Attention cependant, ce ne sont pas tous les cancers de l’oropharynx, mais seulement une partie d’entre elles, avec une particularité de meilleur pronostic de ses tumeurs.

Par ailleurs, lorsque l’on parle de cunnilingus responsable du cancer, on parle nécessairement de la notion de transmission du papillomavirus. Pour parler de transmission du papillomavirus, il faut évidemment rapporter sur ce que nous savons déjà pour le col de l’utérus où les papillomavirus sont responsables de 100% des cancers, ce qui n’est pas le cas pour l’oropharynx comme nous venons de le voir. De plus, sur le col de l’utérus, si le papillomavirus de type 16 est dominant, mais il n’est pas de 90%, mais est de 60% : d’autres types de virus qui sont également dans la carcinogénèse s’y trouvent. Lire la suite Atlantico

 

associationcoeurdenfants |
GRUPO FOLCLORICO DA CASA DE... |
Postures |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | mjc de l'albenc
| TABLE RONDE FRANCAISE MONTL...
| Peña Le Boeuf Qui Rit