Faut-il parler des dangers du porno aux enfants ?

Atlantico : Un sondage auprès de parents britanniques souligne que 83 % d’entre eux souhaitent que la question des dangers du porno sur internet soit abordée à l’école. Selon vous, faut-il sensibiliser les enfants aux dangers de la pornographie ? 

Jean-Pierre Winter : Décidément les parents britanniques connaissent comme beaucoup d’autres sur le continent, l’art de la défausse. Au point de demander à l’institution scolaire de prendre en charge ce qui est une de leurs inaliénables prérogatives : PARLER avec leur enfant du monde comme il va , de ses beautés et de ses cruautés. Confier aux enseignants cette tâche c’est prendre le risque d’érotiser la relation maître/élève ; ce qui a souvent pour effet  d’inhiber le rapport au savoir de beaucoup d’enfants. Depuis longtemps les psychanalystes ont fait remarquer que la rencontre prématurée avec les questions sexuelles est traumatique. Il est difficile de s’en apercevoir parce-qu’un trauma ne produit d’éventuels symptômes que longtemps après l’intrusion d’une perception trop précoce pour le psychisme en formation d’un tout jeune enfant. C’est cette difficulté ignorée qui autorise certains éducateurs à penser et à dire qu’on peut parler de pornographie sans inconvénients dès l’école primaire. Or ce qui est entendu peut être aussi perturbant que ce qui est vu.

 

Est-il préférable d’intégrer la prévention des dangers de la pornographie dans les cours d’éducation sexuelle ? Ou bien est-ce le rôle des parents ?

De ce point de vue cette rencontre avec le réel sexuel est toujours plus ou moins traumatique, c’est- à-dire prématurée, mais est –il au pouvoir des instituteurs d’en préserver les enfants ? Je le pense d’autant moins que pour chaque enfant cette rencontre est par définition imprévisible et singulière. Et, comme le disait le poète : « la réponse est le malheur de la question » . J’ajouterai : « quand elle est unique pour des questions multiples ».

C’est à l’aide des termes même où chaque enfant pose ses questions qu’il faut lui proposer des réponses adaptées à son âge. Ce qui n’interdit pas de protéger sa pudeur en ne lui facilitant pas l’accès à internet ou aux films X des chaînes privées qui le prennent en otage dans des buts commerciaux.

 

Peut-il y avoir des risques de « sur-prévention » ? Lesquels ?

Lire la suite Atlantico.fr

 

 


Répondre

associationcoeurdenfants |
GRUPO FOLCLORICO DA CASA DE... |
Postures |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | mjc de l'albenc
| TABLE RONDE FRANCAISE MONTL...
| Peña Le Boeuf Qui Rit