Baclofène : l’espoir de guérir l’alcoolisme rend fous les docteurs

Il y a désormais une religion du Baclofène, avec son prophète, ses miraculés, ses renégats. Le dogme est défendu avec une telle force, et la cause est tellement belle, que chercher les preuves de l’efficacité et de l’innocuité du médicament passe pour de l’hérésie.

Quiconque doute que le Baclofène puisse vaincre l’alcoolisme est immédiatement soupçonné d’être aux mains de ce ceux qui craignent de perdre le « marché » des alcooliques.

Culpabilisant de n’avoir pu soigner leurs patients jusque-là, des docteurs se trouvent embarqués dans cette croisade pour sauver des vies. Pensez : l’alcool « c’est 120 morts par jour », alors pourquoi prendre le temps de vérifier encore et encore l’efficacité et les effets secondaires de ce médicament ?

La passion l’emporte sur la raison scientifique. Les médecins oublient que guérir un ou plusieurs patients n’est pas éradiquer une maladie. Pris dans une forme de paranoïa, les défenseurs de ce traitement supposé miraculeux en viennent à dénoncer un complot, un « crime » des autorités qui ne l’autorisent pas encore, une « affaire Médiator à l’envers ».

Ils ne comprennent pas pourquoi l’agence du médicament a demandé à valider les hypothèses par deux essais cliniques, réalisés en ce moment en double aveugle sur plus de 600 patients, et la pressent d’émettre une autorisation temporaire d’utilisation dès juin.

L’histoire de ce médicament a tout de particulier puisqu’il n’est pas « nouveau » : c’est son usage à très haute dose dans l’élimination de la dépendance à l’alcool qui est nouveau. Sortie dans les années 60, cette molécule, disponible sous forme de générique, est utilisée comme relaxant musculaire.

La « découverte révolutionnaire » de sa nouvelle indication est partie d’un patient pas comme les autres, un médecin malade de l’alcool, le docteur Olivier Ameisen.

« Ce livre raconte l’histoire de ma guérison »

Comment ne pas être bluffé en effet quand un cardiologue surdoué, installé à New York, met en scène sa rédemption, dans son livre « Le dernier verre » (…)

Lire la suite sur rue89.com

 

associationcoeurdenfants |
GRUPO FOLCLORICO DA CASA DE... |
Postures |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | mjc de l'albenc
| TABLE RONDE FRANCAISE MONTL...
| Peña Le Boeuf Qui Rit