L’ANSM exclut un retrait des pilules de 3e génération

PARIS (Reuters) – Une restriction des prescriptions de pilules contraceptives de troisième génération aux seuls spécialistes « n’est pas à l’ordre du jour », a déclaré le directeur général de l’Agence nationale de sécurité du médicament (ANSM).

Dans une interview publiée samedi dans Le Monde, Dominique Maraninchi exclut en outre à ce stade une suspension de la commercialisation de ces pilules, accusées de provoquer des risques accrus de troubles emboliques veineux.

« La suspension brutale pourrait générer de sérieux risques sanitaires avec des conséquences de grande ampleur en termes de grossesses non désirées et d’IVG », dit-il, ajoutant : « Ce serait compris comme une remise en cause de la contraception par pilule dans sa globalité. »

Envisagée un temps pour limiter leur utilisation, une restriction de leur prescription aux seuls médecins spécialistes n’est plus d’actualité.

Ce « serait le plus facile réglementairement, mais ce n’est pas souhaitable : tous les médecins et toutes les femmes sont concernés », a indiqué Dominique Maraninchi. « D’autant qu’il n’y a pas assez de gynécologues. Ce n’est pas à l’ordre du jour. »

Le directeur général de l’ANSM indique encore qu’une décision de suspension d’urgence par la France « nécessiterait un arbitrage européen » et que les récentes réévaluations du rapport bénéfices/risques effectuées tant en Europe qu’aux Etats-Unis « n’ont pas conduit à un retrait du marché. »

Une jeune femme victime d’un accident vasculaire cérébral a porté plainte à la mi-décembre contre le laboratoire Bayer, fabricant d’une de ces pilules de troisième génération, en mettant en cause parallèlement l’ANSM. D’autres plaintes pourraient suivre ce mois-ci, si l’on en croit des avocats

Dominique Maraninchi souligne encore la nécessité, face à la crise actuelle, « de passer à une autre dimension dans l’information » tant auprès des prescripteurs, des utilisateurs que des distributeurs

« Au fil du temps, la consommation a progressivement dérivé, les contraceptifs de troisième et de quatrième génération étant largement prescrits d’emblée », dit-il.

Yann Le Guernigou, édité par Jean-Loup Fiévet

REUTERS

 

associationcoeurdenfants |
GRUPO FOLCLORICO DA CASA DE... |
Postures |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | mjc de l'albenc
| TABLE RONDE FRANCAISE MONTL...
| Peña Le Boeuf Qui Rit