La vie familiale incompatible avec le sexe ?

iVillage est un site américain qui dans son principe ressemble à Terrafemina et qui, de la même façon, fait des sondages pour mieux comprendre et connaître les femmes. La dernière étude en date laisse perplexe : moins de la moitié des femmes mariées ont choisi d’épouser le partenaire sexuel le plus satisfaisant qu’elles aient eu et, par voie de conséquence, 66% préfèrent lire un livre le soir que d’avoir des relations sexuelles avec leur conjoint.

Le quotidien américain New York Post, qui accompagne l’étude de témoignages de femmes, démontre, au fond, que ces femmes assimilent le rapport sexuel à la passion et, anticipant l’étiolement de cette dernière, épousent des amants qu’elles trouvent modérément excitants mais avec qui elles pensent pouvoir faire un long chemin. Pourtant, si le sexe est soustrait de la relation maritale alors qu’il est un devoir dans notre code civil, cela s’apparente à vouloir épouser des géniteurs ou des compagnons de vie.
Le mariage, une solution pour lire tranquille ?

L’un des témoins dans l’article dit : « Je savais que mon meilleur partenaire sexuel était temporaire, donc le rapport sexuel était excellent parce que toute la relation était confinée au sexe, nous ne nous sommes jamais investis ailleurs. » Cette femme ajoute, prudente, qu’on a tendance à ne garder que le meilleur dans ses souvenirs, que la fugacité est excitante et que le danger des situations incongrues est follement enivrant. Ce qui serait plus difficile à reproduire dans le mariage.

Voilà qui sous-entendrait que les femmes ne peuvent être sexuellement excitées qu’en cas de danger, et que la vie bourgeoise, familiale, serait difficilement compatible avec la relation sexuelle. Ce que pourraient confirmer les (…)

Lire la suite de l’article sur terrafemina.com

 

associationcoeurdenfants |
GRUPO FOLCLORICO DA CASA DE... |
Postures |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | mjc de l'albenc
| TABLE RONDE FRANCAISE MONTL...
| Peña Le Boeuf Qui Rit