Trois jeunes sur quatre téléphonent en conduisant

Selon une récente étude, 58 % des automobilistes reconnaissent utiliser un téléphone au volant. Le chiffre passe à 76 % chez les 18-24 ans.

Les chiffres sont inquiétants et révèlent que l’usage du téléphone au volant est devenu une habitude solidement ancrée dans les mœurs, particulièrement chez les jeunes. C’est ce que révèle le nouveau baromètre réalisé par les associations Prévention routière et Assureurs prévention. Ainsi, 58 % des usagers de la route, tous âges confondus, admettent utiliser le portable en conduisant, quand ils n’étaient que 23 % en 2004 et 19 % en 1999. Chez les 18-24 ans, les chiffres s’envolent. Ils sont désormais 76 % à téléphoner au volant contre 44 % en 2004 et 30 % en 1999.

«Jamais un comportement dangereux ne se sera installé aussi vite dans le paysage de l’insécurité routière», s’inquiète François Pierson, président de la Prévention routière. D’ailleurs, plus le recours au téléphone augmente, plus la notion de risque se dilue. Ainsi ils ne sont plus guère que 51 % aujourd’hui à considérer que communiquer de la sorte pose un «véritable problème de sécurité», contre 82 % en 2004 et 80 % en 1999.

Dépendance au téléphone

Pour les jeunes, le danger est bel et bien réel car le smartphone ne se résume pas qu’à un appel. 2 % consultent internet en conduisant, 33 % lisent des SMS ou des mails et 35 % en envoient.

Pour Michaël Stora, psychanalyste et spécialiste de ces questions, la dépendance au téléphone chez les jeunes «révèle une fragilité, une incapacité à être seul». «L’hyperconnexion, tout comme les sources de stimulations sonores ou audiovisuelles dont ils s’entourent, sont autant de manières de combler une angoisse liée à leur sentiment de solitude», dit-il. Pour ces jeunes, le portable est, selon lui, «une sorte de doudou sans fil». La suite Le Figaro

 

associationcoeurdenfants |
GRUPO FOLCLORICO DA CASA DE... |
Postures |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | mjc de l'albenc
| TABLE RONDE FRANCAISE MONTL...
| Peña Le Boeuf Qui Rit