Hépatite C : un « infecteur » en série devant la justice

Le technicien de laboratoire David Kwiatkowski est accusé d’avoir transmis l’hépatite C à 31 patients d’hôpitaux situés dans sept Etats américains différents. Un cas d’infection en série qui inquiète les Etats-Unis depuis plusieurs mois.

Après les « serial killers », voici venus les « serial infecteurs ». C’est en effet le nom donné par les médias américains à l’un de leurs concitoyens, technicien de laboratoire. David Kwiatkowski est accusé d’avoir transmis l’hépatite C à pas moins de 31 personnes, par l’intermédiaire de 13 hôpitaux situés dans différents Etats américains (Arizona, Géorgie, Kansas, Maryland, Michigan, New York et Pennsylvanie). « L’infecteur » travaillait en fait en tant qu’intérimaire et effectuait des remplacements, ce qui explique qu’il soit passé par tant d’hôpitaux.

Or, depuis le mois de juin 2010, l’homme était diagnostiqué porteur du virus de l’hépatite C. Selon les accusations prononcées, il aurait alors utilisé des seringues présentes dans les hôpitaux où il a travaillé, afin de s’injecter des doses de Fentanyl, un puissant anti-douleur. Mais au lieu de les jeter après son forfait, l’homme de 32 ans aurait remplacé le Fentanyl par de l’eau salée et replacé les seringues à leur place. Celles-ci auraient alors servi à plusieurs patients. Comme l’hépatite C se transmet essentiellement par contact avec le sang d’une personne infectée, notamment via des seringues contaminées, certains patients seraient eux-mêmes devenus porteurs du virus.

Selon le docteur Richard Besser, chef du département de santé du réseau de télévision ABC : « S’il savait qu’il était infecté et a remis ces seringues à leur place, il est la définition du diable. Tous ceux qui étaient dans ces hôpitaux lorsqu’il y travaillait sont potentiellement en danger. Nous parlons de dizaines de milliers de personnes ». Une plainte a donc été déposé contre Kwiatkowski le 19 juillet. Mais la crainte étant que le technicien ait transmis le virus à un très grand nombre d’Américains, un appel à des tests de dépistage de l’hépatite C a été lancé.

Une infection aux symptômes bénins

Ils devaient d’abord concerner 6.000 anciens patients de l’hôpital d’Exeter, puis 3.000. Le projet a finalement été abandonné le 28 juillet. En effet, le risque de transmission « chez ce nouveau groupe de patients » semble avoir été jugé trop faible par rapport aux coûts qu’auraient engendrés les tests. Les patients n’ayant pas été soignés dans les services où travaillait le technicien ont en effet une probabilité minime d’avoir été contaminés.

C’est dans cet hôpital d’Exeter au New Hampshire, où Kwiatkowski a travaillé d’avril à mai dernier, que la propagation d’hépatite C a été découverte et a permis de lancer une enquête dans plusieurs autres Etats américains. Le suspect a alors pu être arrêté en juillet, grâce à une alerte médicale dans un hôtel du Massachusetts qui avait été déclenché une semaine plus tôt. David Kwiatkowski y a été retrouvé en très mauvaise état, visiblement sous emprise d’alcool et ayant écrit une note parlant d’un projet de suicide.

Heureusement, à l’inverse des tueurs en série, les infecteurs en série ne provoquent pas forcément la mort. Parmi la population mondiale porteuse du virus de l’hépatite C, seule 3% est porteuse chronique et la plupart ne souffre que de symptômes bénins. Le virus est, de plus, rarement mortel mais peut entraîner d’autres maladies tels que des cirrhose et cancer du foie. Article Maxisciences http://www.maxisciences.com/h%e9patite-c/hepatite-c-un-infecteur-en-serie-devant-la-justice_art26048.html

 

associationcoeurdenfants |
GRUPO FOLCLORICO DA CASA DE... |
Postures |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | mjc de l'albenc
| TABLE RONDE FRANCAISE MONTL...
| Peña Le Boeuf Qui Rit