Vaccin hépatite B : moins de réticence

Une enquête montre que les médecins généralistes vaccinent de plus en plus les nourrissons.

Il y a près de quinze ans, déferlait sur la France une vague de psychose concernant le risque de sclérose en plaques lié à la vaccination contre l’hépatite B. Certaines études ayant mis en évidence un soupçon de risque - qui n’a jamais pu être clairement confirmé -, un coup d’arrêt à la vaccination était donné. Si la méfiance de la population française, y compris parmi le corps médical, a mis longtemps avant d’être levée, il semble que ce trouble soit en train de se dissiper. Actuellement, ce vaccin est recommandé pour tous les nourrissons à partir de deux mois et en rattrapage pour les enfants et adolescents jusqu’à 15 ans. Selon les derniers chiffres de 2008, 47 % des nourrissons de 24 mois étaient vaccinés en France. Ce taux reste insuffisant en regard de l’innocuité du vaccin à cet âge-là, selon les auteurs de l’article du BEH: «La vaccination du nourrisson est aujourd’hui confortée par une excellente tolérance, en particulier aucune notification d’atteinte neurologique chez l’enfant de moins de deux ans et une excellente efficacité.»

Aujourd’hui, le «Bulletin épidémiologique hebdomadaire» publie une enquête auprès des médecins montrant qu’ils sont bien moins réticents à effectuer ce vaccin chez les nourrissons qu’il y a quelques années. La suite Figaro

 

associationcoeurdenfants |
GRUPO FOLCLORICO DA CASA DE... |
Postures |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | mjc de l'albenc
| TABLE RONDE FRANCAISE MONTL...
| Peña Le Boeuf Qui Rit