Les gels désinfectants, parfaits pour les mains, très mauvais pour l’estomac

Les producteurs de gels désinfectants se frottent les mains en ces temps de pandémie de grippe A(H1N1). Ce type de produit se vend comme des petits pains auprès de ceux qui ont adopté cette nouvelle manière de se laver les mains, mais certains en ont détourné la fonction première et préfèrent l’ingurgiter pour sa teneur en alcool fort.

Les principaux ingrédients actifs de ces gels sont l’éthanol et l’eau, soit les mêmes que dans toutes les boissons alcoolisées. Selon certains médecins, 60 millilitres de gel désinfectant peuvent causer le même effet que quatre petits verres de vodka. Même si le goût n’est pas tout à fait le même, certains adolescents en quête de sensations fortes sont prêts à passer outre l’acidité pour se saouler avec un produit très facile à acheter.

Le gel désinfectant pour les mains n’est pas un produit nouveau aux États-Unis, où de nombreux américains l’utilisaient déjà bien avant l’apparition de la grippe A(H1N1). Depuis des années, les toxicologues connaissent les problèmes que ces gels peuvent poser chez les enfants et les adolescents. Déjà en 2006, l’association américaine des centres antipoison (AAPCC) avait  recensé près de 12 000 cas d’enfants empoisonnés à ce type de produit. Au Canada, certaines écoles ont banni la présence de ces produits au sein de leurs établissements. Mais l’AAPCC estime que les risques encourus par l’ingestion de ces gels sont faibles par rapport à leur efficacité pour combattre les bactéries. Elle appelle toutefois à la vigilance des parents

« À forte dose, l’ingestion de gel désinfectant peut provoquer des comas éthyliques »

Bruno Mégarbane est médecin à l’unité de réanimation toxicologique à l’hôpital Lariboisière, à Paris.

Mon unité a déjà eu à traiter deux cas d’intoxication grave par ingestion de gel désinfectant pour les mains. Dans l’un des cas, le patient avait été admis aux urgences après avoir avalé des produits pour tenter de se suicider. La personne avait été installée dans une chambre où une grande bouteille de gel désinfectant était mise à disposition des patients. Elle l’a entièrement bue, ce qui l’a plongée dans un coma éthylique. Cela aurait pu être mortel, heureusement elle a survécu.

Alors que les équipes médicales font attention à ne laisser aucun médicament ou produit pharmaceutique potentiellement dangereux à la portée de patients suicidaires, nous n’avons pas eu ce réflexe dans un premier temps avec le gel antibactérien, un produit apparemment plus anodin.

Le risque lié à l’ingestion de ces gels dépend de la proportion d’éthanol dans le produit, variable selon les marques. S’il est à 50 % ou 60 %, ce sont déjà des doses d’éthanol assez fortes, équivalentes à deux ou trois grammes d’alcoolémie par litre. A forte dose, son ingestion provoque des comas éthyliques, qui dans les pires des cas sont mortels. France24

 

associationcoeurdenfants |
GRUPO FOLCLORICO DA CASA DE... |
Postures |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | mjc de l'albenc
| TABLE RONDE FRANCAISE MONTL...
| Peña Le Boeuf Qui Rit