Privés de sexe, certaines mouches mâles se mettent à boire

Selon une étude réalisée en Californie, et parue jeudi dans la revue américaine Science, une substance dans le cerveau de la mouche drosophile – la neuropeptide F – augmenterait avec le sentiment de satisfaction lié à la sexualité. Et vis et versa. Pour ce qui est de l’alcool, plus le sujet, en mesure de copuler, est satisfait, moins il se nourrit de liquide alcoolisé. Il présente alors des taux plus élevés de la petite molécule.

En revanche, ceux qui sont privés d’activité sexuelle choisissent des aliments comportant de l’alcool et ils en consomment de grandes quantités. Les chercheurs observent chez eux de très bas niveaux de neuropeptide F.

Chez l’homme cette fois, un neurotransmetteur cérébral similaire, appelé neuropeptide Y, est également présent en plus ou moins grande quantité dans le cerveau. Les scientifiques pensent donc qu’il suffirait d’équilibrer artificiellement les taux de cette molécule chez l’humain pour faire disparaître la dépendance à l’alcool, expliquant avoir fait cette même observation chez la mouche drosophile. Lire la suite

 

associationcoeurdenfants |
GRUPO FOLCLORICO DA CASA DE... |
Postures |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | mjc de l'albenc
| TABLE RONDE FRANCAISE MONTL...
| Peña Le Boeuf Qui Rit