La sisa, « drogue de la crise » qui ravage les rues d’Athènes

« Tout le monde en prend dans la rue : le shoot d’héro a augmenté de 3 à 20 euros, contre 2 ou 3 euros pour la sisa », raconte Nikos, 37 ans dont dix-sept ans d’héroïne et quelques mois de sisa (Σίσα, prononcer « chicha »).

Tanos Panopoulos, chef de mission à l’Organisation anti-drogue confirme :

« Dans les rues dédiées, 99% des héroïnomanes consomment la sisa. »

Depuis les années 80, il est banal de voir des toxicomanes consommer aux yeux de tous dans les rues du centre d’Athènes, point d’entrée privilégié des drogues venues d’Orient. Lire la suite

 

associationcoeurdenfants |
GRUPO FOLCLORICO DA CASA DE... |
Postures |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | mjc de l'albenc
| TABLE RONDE FRANCAISE MONTL...
| Peña Le Boeuf Qui Rit