Amy Winehouse «était sur la bonne voie»

La chanteuse Amy Winehouse avait été mise en garde par son médecin sur le risque mortel posé par l’alternance de période de prise d’alcool et d’abstinence, a déclaré son père dans une interview à la télé américaine. Mais elle croyait «vivre pour toujours», comme beaucoup de jeunes.
La chanteuse de soul, retrouvée morte à son domicile le 23 juillet dernier, avait tenté à maintes reprises d’arrêter l’alcool et la drogue. Selon son père Mitch, dont l’interview à Piers Morgan sur la chaîne américaine CNN doit être diffusée mardi, elle «pouvait boire pendant deux ou trois semaines, puis arrêter pendant deux ou trois semaines, et c’est ce qu’il y a de pire».
Son médecin l’avait prévenue six mois auparavant que «si elle continuait avec ce comportement de binge drinking, alternant avec des périodes de désintoxication, elle pourrait avoir des attaques susceptibles d’entraîner sa mort», a expliqué Mitch Winehouse. «Tout ce qu’a fait Amy était dans l’excès. Elle a bu avec excès et s’est désintoxiquée dans l’excès.»
Mais «elle était comme n’importe quel jeune de 27 ans qui croit que fumer ne va pas vous tuer et qu’il vivra pour toujours. Elle a choisi d’ignorer le conseil parce qu’elle venait juste de réussir d’arrêter pendant deux semaines».
Tout au long de sa carrière météorique, la chanteuse a dû faire face à des problèmes de dépendance à la drogue et à l’alcool. Mais, selon son père, «les périodes d’abstinence étaient de plus en plus longues et les périodes d’alcoolisme de plus en plus courtes. Elle était sur la bonne voie.»
L’autopsie d’Amy Winehouse n’a pas trouvé de trace de substances illégales. L’enquête officielle sur les causes de sa mort doit rendre ses conclusions le 26 octobre.
(Source AFP)

Retrouvez cet article sur Liberation.fr


Archive pour 14 septembre, 2011

Accusé d’avoir acheté de l’EPO, le mari de Jeannie Longo ‘nie toute implication’

Le mari de la championne cycliste Jeannie Longo, laquelle est menacée de sanction pour manquement aux exigences de localisation requise dans le cadre des lois antidopages, aurait acheté de l’EPO en avril 2007, affirme mardi 13 septembre L’Equipe, qui publie des fac-similé des courriers électroniques liés à la transaction.

(suite…)

Lutte anti-dopage : 50 ans de foirage

Alberto Contador, triple vainqueur de la compétition, est de retour, un an après avoir été contrôlé positif à un produit dopant. Jean-Pierre de Mondenard, ancien médecin du Tour de France, livre une analyse accablante de la situation du dopage dans ce sport miné par les scandales.Lire la suite sur Atlantico

Antidopage, chasse aux sorcières des bien-pensants

Un mois avant les championnats du monde d’athlétisme, cinq Jamaïcains ont été contrôlés positifs aux produits dopants. Une affaire qui effraie le monde de l’athlétisme, régulièrement concerné par les cas de dopage de sportifs inconnus et de premier plan, tels Marion Jones ou Ben Johnson.Lire la suite sur Atlantico

« Le discours anti-dopage s’intéresse plus à la morale qu’à la santé des sportifs »

L’inépuisable Jeannie Longo est dans la tourmente. Accusée de s’être soustraite à des contrôles antidopage inopinés, on apprenait lundi que son mari était accusé d’avoir acheté de l’EPO. A 52 ans, ces accusations jettent le soupçon sur l’ensemble de sa carrière.

Atlantico : Jeannie Longo serait mêlée à une affaire de dopage, est-ce la fin d’un mythe ?

Christophe Brissonneau : Il ne faut pas faire d’amalgame. Son mari a notamment pris de la distance avec sa femme pour entraîner d’autres filles. Quels étaient leurs liens à ce moment-là ? Difficile à dire. Reste que l’image de Jeannie Longo est attaquée. Elle représentait le mythe de l’éternelle jeunesse. En ayant un style de vie stricte et naturel, elle était capable de durer. Elle était un des derniers remparts médiatique du cyclisme propre. Et puis ce sont majoritairement des hommes qui se font prendre pour dopage. Donc ce cas montre que les femmes pourraient également être touchées par le dopage. Si elle s’est réellement dopée, cela bouleversera beaucoup de choses pour le cyclisme français, international et le sport féminin.

(suite…)

Les drogues de synthèse sont les plus consommées, juste après le cannabis

Les drogues de synthèse sont devenues le deuxième type de drogue consommé dans le monde, a révélé l’organisation des Nations unies contre la drogue et le crime (ONUDC) dans son rapport annuel publié mardi 13 septembre. ‘Après le cannabis, les stimulants de type amphétamines (ATS) sont la deuxième drogue la plus utilisée dans le monde devant l’héroïne et la cocaïne’, selon le rapport de l’ONUDC.

L’agence onusienne souligne les transformations du marché des stupéfiants et l’augmentation du nombre de laboratoires clandestins d’ATS découverts.

‘Le marché des ATS a évolué d’une industrie de fabrication ‘maison’ à petite échelle à un marché du type cocaïne et héroïne avec un plus fort niveau d’intégration et des groupes de crime organisé impliqués tout au long de la chaîne de production et de distribution’, a expliqué le directeur exécutif de l’ONUDC, Youri Fedotov.

Le rapport souligne que les ATS sont faciles à manufacturer, demandent relativement peu d’investissement pour un fort rendement, contrairement aux stupéfiants à base de plantes, comme la cocaïne et les opiacés.

En Asie du Sud-Est, la région la plus touchée par les ATS, le nombre de pilules d’ATS saisies est passé de 32 millions en 2008 à 93 millions en 2009 et 133 millions l’année dernière.

(suite…)

A contresens sur une moto volée, ivre et sans permis

Aucun accident n’est à déplorer (photo d’illustration).

Une jeune femme a roulé en pleine nuit à contresens sur l’autoroute A2, dans le canton de Bâle-ville en Suisse. Sur une moto volée, ivre… et sans permis !

(suite…)

Sites web de santé et de bien-être : angoisse sans ordonnance

Les sites et les forums de discussion «santé bien-être» foisonnent sur le Web. L’information y circulant vient d’être analysée par deux sociologues (de Télécom Ecole de management, basée à Evry). Premier constat, l’importance du phénomène : «En France, notent-ils, plus d’un internaute sur trois visite une fois par mois un site internet de santé bien-être, ce qui représente 16 millions de personnes.» Et nos deux chercheurs de pointer, ensuite, «le caractère anxiogène des informations échangées». Précisant ainsi : «L’internaute s’exprime souvent à la suite d’un diagnostic, principalement la nuit pour soulager son angoisse. Il projette son espace privé dans l’espace public de façon violente et crue, sans code ni médiation avec le destinataire du message, qui est souvent lui-même une personne fragile» (1).

(suite…)

Marc Valleur: «Socialement, gagner à l’EuroMillions engendre beaucoup de problèmes»

Gagner à l’Euro Millions, c’est bien, mais cela a des effets pervers selon Marc Valleur, psychiatre et chef du service de soin aux toxicomanes de l’hôpital Marmottan à Paris…

Gagner à l’Euro Millions est-il dangereux pour la santé?

(suite…)

associationcoeurdenfants |
GRUPO FOLCLORICO DA CASA DE... |
Postures |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | mjc de l'albenc
| TABLE RONDE FRANCAISE MONTL...
| Peña Le Boeuf Qui Rit