Se lâcher au lit : mode d’emploi

Marre de rester sage et de ne pas oser ? Faites travailler vos 5 sens pour un maximum d’excitation ! Avec les conseils de Gérard Leleu, sexologue. LA suite


Archive pour janvier, 2011

Jeux d’argent: Les Français misent chaque jour 72 millions d’euros

CONSOMMATION – C’est 25 millions de plus qu’il y a 8 ans… La suite

CRIPS – Actualités

CRIPS – Actualités La suite

Des ex-présidents latino-américains pour la dépénalisation

Des ex-présidents latino-américains pour la dépénalisation de drogues GENEVE – D’éminentes personnalités dont des anciens présidents latino-américains ont recommandé mardi à Genève de décriminaliser la consommation de drogues face à l’échec des politiques actuelles.

« Il faut décriminaliser la consommation de la drogue », a déclaré l’ancien président du Brésil Fernando Henrique Cardoso, interrogé par l’AFP.

Pour y parvenir, ces personnalités majoritairement du monde de la politique et de la culture de pays latino-américains ont créé cette semaine à Genève une commission présidée par M. Cardoso et comptant parmi ses membres les écrivains mexicain Carlos Fuentes et péruvien Mario Vargas Llosa (prix Nobel de littérature 2010).

Y figurent également un ancien haut responsable européen, l’Espagnol Javier Solana, l’ex-ministre suisse de la Santé Ruth Dreifuss, le directeur exécutif du Fonds mondial de lutte contre le sida Michel Kazatchkine, les ex-présidents mexicain Ernesto Zedillo et colombien Cesar Gaviria, l’ancien Haut commissaire de l’ONU pour les réfugiés Thorvald Stoltenberg et le fondateur de la société britannique Virgin Richard Branson, entre autres.

Pour M. Cardoso, il faut considérer les personnes dépendantes de la drogue « comme des malades » et leur offrir « des services de santé ».

« Il faut abandonner l’idée que les consommateurs de drogue sont des criminels », a pour sa part déclaré à l’AFP l’ancien président colombien Cesar Gaviria.

Celui qui fut également Secrétaire général de l’Organisation des Etats américains (OEA) de 1994 à 2004, a souligné la nécessité de « concentrer la lutte sur les cartels de la drogue, pas sur les consommateurs ».

Ces cartels font des ravages en Colombie, pays qui est avec le Pérou l’un des deux principaux producteurs mondiaux de cocaïne avec une production annuelle estimée à quelque 400 tonnes en 2009, selon les Nations unies.

Le trafic de drogue ébranle également le Mexique, où la violence due aux cartels et leurs affrontements avec les forces de l’ordre ont fait plus de 15.200 morts en 2010, un chiffre record, et 34.000 morts en quatre ans.

(©AFP / 25 janvier 2011 18h36)

Enfants sur Internet : limiter les risques

Dès l’âge de 9 ans en moyenne, la plupart des enfants européens naviguent, dialoguent et s’informent sur Internet. Entre 9 et 16 ans par exemple, 93% d’entre eux surfent au moins une fois par semaine. Selon les résultats d’une étude menée par un réseau de recherche dirigé par la London School of Economics, ces jeunes rencontrent relativement peu de problèmes sur la toile. Pour autant, les parents doivent rester vigilants. La s uite

Assouplissement de la loi Evin: Nora Berra dénonce «un coup d’épée dans notre dispositif de lutte contre le tabac»

INTERVIEW – La secrétaire d’Etat à la Santé met en garde contre une idée qui peut paraître séduisante… La suite

Actualités RDR sud 92 (mise à jour)

Actualités RDR sud 92

Loi Evin et liberté d’expression : la grande manip’ ?

Une proposition de loi « visant à concilier la préservation de l’intégrité des œuvres culturelles et artistiques avec les objectifs de la lutte contre le tabagisme » sera débattue ce jeudi 27 janvier à l’Assemblée nationale. Elle pourrait mettre à mal la Loi Evin, du 10 janvier 1991. Ceux qui soutiennent le nouveau projet de loi prétendent agir pour le respect de la liberté d’expression. Pour les acteurs de la lutte contre le tabac, il ne s’agit ni plus ni moins que d’une manipulation. La suite

VIH/SIDA : traiter une fois par mois ?

La piste d’un nouveau traitement contre le virus du SIDA est ouverte. John Rossi et ses collègues de l’Université du Colorado à Fort Collins, aux Etats-Unis, ont associé deux molécules d’ARN pour cibler le VIH dans les cellules infectées. Chacune joue un rôle clé. La première guide la seconde vers les cellules contaminées, et cette dernière attaque le virus. Cette approche a été testée pour le moment, sur des souris auxquelles avaient été transplantées des cellules souches de sang humain. La suite

la Suisse, un exemple en matière de réduction des risques

Drogues: la Suisse, un exemple en matière de réduction des risques

tribune

Le pragmatisme de la Suisse face à la drogue pourrait sans doute servir d’exemple aux Etats-Unis, à la Russie et à de nombreux autres pays ravagés par la drogue et le VIH.

Par Fernando Henrique Cardoso, ex-président du Brésil, dirige la Global Commission on Drug Policy et Michel  Kazatchkine, directeur exécutif du Fonds mondial de lutte contre le sida, la tuberculose et le paludisme

Le système suisse de démocratie directe offre aux citoyens la possibilité de remettre en cause  les politiques et certaines lois grâce à des référendums nationaux. Devant l’urgence sida à la fin des années 80, la Suisse a été parmi les premiers pays à mettre en place et développer une politique de réduction des risques, l’injection de drogue étant l’un des principaux vecteurs de la pandémie de VIH. Aux États-Unis, en Russie, en Amérique latine, dans l’Union européenne, en Asie du Sud et dans d’autres régions du monde, le sida faisait des ravages, en partie liées à l’usage de drogue. Les consommateurs de drogues par voie intraveineuse (notamment les héroïnomanes) avaient transformé les lieux publics de Zurich et d’autres villes de Suisse en véritables champs de seringues.

Les autorités helvétiques ont pris le problème à bras le corps et ont fait de la politique de réduction des risques l’une de leurs composantes principales en matière de santé publique, contrairement à ce qui se passait notamment en Russie ou rien ou si peu n’a été fait concernant les personnes qui injectent des drogues. Le constat est aujourd’hui sans appel: plus de deux millions de consommateurs de drogues et un million de personnes vivent avec le VIH selon les estimations, plus de 60% ont été infectées en utilisant des seringues usagées.

Les Suisses ne se sont pas non plus lancés, à la manière des Etats-Unis, dans une  «guerre contre la drogue» et dans le renforcement de moyens de répression  policière, l’augmentation du nombre d’établissements carcéraux et le cumul des peines de prison, autant de méthodes qui se sont avérées contreproductives. Aujourd’hui, on compte aux Etats-Unis le plus grand nombre de prisonniers au monde en grande partie à cause de cette «guerre contre la drogue»;  un nombre disproportionné de détenus sont afro-américains ou hispaniques. Cette offensive a permis aux cartels de la drogue d’engranger plus de profits que jamais et de soumettre des communautés entières d’Amérique latine.

L’argent de la drogue corrompt et on ne compte plus les victimes de la violence liées à la drogue en Afghanistan, en Birmanie, en Colombie, dans des quartiers défavorisés aux Etats-Unis ou dans le nord du Mexique, où le massacre continue.

Autre politique novatrice, l’Office fédéral suisse de la santé publique a également supervisé une expérience consistant à prescrire de l’héroïne médicale sous contrôle de personnel compétent à des personnes dépendantes aux opiacés depuis longtemps, en substitution à l’héroïne clandestine. L’évaluation scientifique minutieuse qui a été conduite par le gouvernement, a démontré que la thérapie à base d’héroïne est à la fois possible et rentable, et qu’elle permet une réelle amélioration de la santé des utilisateurs. Elle a contribué à faire reculer de façon saisissante la criminalité liée à la drogue. Les résultats étant convaincants, deux autres référendums ont validé cette politique malgré une opposition politique à l’intérieur du pays et des critiques de la part de l’Organe international de contrôle des stupéfiants.

Le pragmatisme de la Suisse face à la drogue pourrait sans doute servir d’exemple aux Etats-Unis, à la Russie et à de nombreux autres pays ravagés par la drogue et le VIH. On retrouve une démarche semblable au Portugal qui, voilà à peine dix ans, était le pays de l’Union européenne comptant le plus grand nombre de cas de personnes infectées par le VIH liés à la drogue. La décision que le Portugal a prise en 2001 de dépénaliser la détention de stupéfiants a non seulement abouti à une augmentation à l’accès au traitement du nombre de consommateurs de drogues, mais également à une baisse importante du nombre de nouvelles contaminations par le VIH parmi les usagers. Soucieux de transmettre ce modèle et d’autres exemples majeurs, et afin de plaider dans le monde entier en faveur de politiques efficaces de réduction de la pauvreté et d’un débat public plus large sur des politiques de lutte contre la drogue plus efficaces et plus humaines, nous avons lancé, avec d’autres dirigeants, la Global Commission on Drug Policy (Commission mondiale sur les politiques en matière de drogue), qui tient sa réunion constitutive à Genève aujourd’hui. La Commission a notamment pour ambition de montrer que la guerre contre la drogue est perdue. La Suisse, le Portugal et d’autres pays ont démontré qu’une meilleure solution existe, qui associe le pragmatisme et la rentabilité à la compassion et au respect des droits de l’homme.

 

Fernando Henrique Cardoso a été le président du Brésil de 1995 à 2003 et préside actuellement la Global Commission on Drug Policy.

Michel  Kazatchkine est le Directeur exécutif du Fonds mondial de lutte contre le sida, la tuberculose et le paludisme.

Ganja Gourmet : des bons petits plats… à base de marijuana

Le concept est fumant. Les pizzas, les brownies et les tartes aux citron servis au Ganja Gourmet à Denver sont tous fortement assaisonnés à la marijuana. La suite

« Mamie pétard » distribuait du cannabis dans une maison de retraite

Elle consomme de l’herbe depuis plus de 40 ans et s’est fait prendre la main dans le sac. Alors qu’elle s’apprêtait à offrir 7 grammes d’herbes à un camarade dans sa maison de retraite, son aide ménagère l’a dénoncé à la police. La suite

Shoot de musique

Les premiers effets du manque se font sentir.La suite

durex commercial

Image de prévisualisation YouTube

Funny Durex Commercial

Image de prévisualisation YouTube

Durex easy on -funny Commercial

Image de prévisualisation YouTube

condom commercial

Image de prévisualisation YouTube

Extremely funny condom commercial

Image de prévisualisation YouTube

Funny Condom

Image de prévisualisation YouTube

Toilettes : un nouveau moyen de lutte anti-drogue !

Image de prévisualisation YouTube

Zach Galigianakis fume un joint en direct à la télévision

Image de prévisualisation YouTube

Découvrez la publicité choc des Narcotiques Anonymes

http://www.dailymotion.com/video/xgfhnb

L’association des Narcotiques Anonymes dévoile une publicité choc

Pour lutter contre les problèmes de drogue, les Narcotiques Anonymes ont choisit d’intervenir avec un spot publicitaire utilisant l’absurdité et l’humour noir pour faire passer leur message. La s uite

Elle découvre deux kilos de drogue dans son cadeau de Noël

Pour Noël, Aux États-Unis, une femme qui venait de se voir offrir un aspirateur à Noël a découvert deux kilos de drogue à l’intérieur ! La suite

Les hommes ont-ils un point G ?

Le point G de la femme reste pour certain(e)s aussi introuvable que le Saint Graal. Chez l’homme, même mystère ! Mais une zone « ultra-sensible » a pu être repérée : suivez le guide ! La suite

Drogues: la Suisse, un exemple en matière de réduction des risques

Le système suisse de démocratie directe offre aux citoyens la possibilité de remettre en cause  les politiques et certaines lois grâce à des référendums nationaux. Devant l’urgence sida à la fin des années 80, la Suisse a été parmi les premiers pays à mettre en place et développer une politique de réduction des risques, l’injection de drogue étant l’un des principaux vecteurs de la pandémie de VIH. Aux États-Unis, en Russie, en Amérique latine, dans l’Union européenne, en Asie du Sud et dans d’autres régions du monde, le sida faisait des ravages, en partie liées à l’usage de drogue. Les consommateurs de drogues par voie intraveineuse (notamment les héroïnomanes) avaient transformé les lieux publics de Zurich et d’autres villes de Suisse en véritables champs de seringues. La s uite

La masturbation est-elle un mal ?

Pourquoi la masturbation demeure-t-elle un sujet aussi tabou ? Un sujet dont personne ne parle et souvent condamné. Est-ce vraiment mal ? La suite

La bière, c’est bon pour la santé !

Deux bières par jour pour les hommes et une bière pour les femmes, et les risques de problèmes de santé s’envolent ! C’est en tout cas le résultat d’une étude espagnole qui montre que boire deux bières peu alcoolisées (entre 4,5% et 7%, degrés espagnols) par jour, suivies d’un régime méditerranéen et d’un peu d’exercice permettrait de réduire le risque de maladies cardiovasculaires, de diabète et même de perdre du poids grâce à l’action conjointe de l’alcool et des polyphénols. La suite

Hépatite B : chercher les facteurs de risque

Entre 2008 et 2009, l’Institut de Veille sanitaire (InVS) a recensé sur l’ensemble du territoire français, 1 916 nouveaux patients pris en charge pour hépatite B chronique. Parmi ces derniers, 78% étaient nés dans un pays de moyenne ou forte endémie. LA suite

Au cinéma, le tabac c’est pas du jeu

Voir un fumeur tirer sur son clope, voilà qui déclencherait instantanément, l’envie d’allumer une cigarette soi-même. Si on est fumeur bien sûr ! Todd Heatherton, Dylan Wagner et leur équipe du Dartmouth College, à Hanover en Virginie (Etats-Unis), viennent de le démontrer en analysant l’activité cérébrale de volontaires alors qu’ils visionnaient un long métrage. LA suite

123456

associationcoeurdenfants |
GRUPO FOLCLORICO DA CASA DE... |
Postures |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | mjc de l'albenc
| TABLE RONDE FRANCAISE MONTL...
| Peña Le Boeuf Qui Rit